Étiquette : Persévérance

Bleu du ciel, bleu d’espoir

Au milieu des hautes vagues qui jouent avec mon coeur, je vois un point de bleu qui m’invite à m’accrocher tel qu’un phare en plein milieu de la tempête. Un beau bleu qui diffuse une lueur de calme et de sérénité telle qu’une douce chaleur qui réconforte, la même douceur qu’on ressent dans les bras de sa mère. Je m’accroche car je n’ai pas d’autres choix.

J’ai parcouru un bon bout et j’ai réussi à surmonter toutes sortes d’entraves. Je suis fière de moi. Mais je suis fatiguée. Je sais que ce n’est pas le moment de baisser les bras et je sais que ce qui brille à l’horizon est plus beau. Pas juste d’apparence. Il est véritable aussi.

Des fois, il m’est difficile d’y croire à cause des déceptions à répétition. Je me chuchote que c’est trop beau pour être vrai. Mais il l’est. Il faut accepter que je le mérite. Quand on a longtemps été sous l’emprise de la manipulation émotionnelle, on a tendance à croire que tout le mal est de notre faute, qu’on ne mérite pas d’être réellement heureux. Combien de fois je me suis sentie coupable à cause des malentendus, des prises de bec et des chicanes. Dans les longs moments où je me suis barricadée dans le silence, je me maudissais et me blâmais d’empoisonner l’ambiance familiale par mon sale caractère. Je suis venue à croire que j’avais un sale caractère pour vrai! On m’a fait porter le fardeau et j’ai accepté le mandat.

Heureusement, c’est du passé. Grâce à l’aide professionnelle, à ma volonté de fer ainsi qu’à mon processus de cheminement personnel, j’ai admis que j’ai droit au bonheur et à une deuxième chance. C’est maintenant mon point de repère. Quand je me perds dans mes émotions, je sors ma pancarte « j’ai droit au bonheur » pour retrouver mon chemin vers le calme intérieur. J’ai droit à une mer calme, bleue turquoise sans vagues, qui scintille sous un ciel bleu sans nuages, une mer dont je rêve et qui ressemble à la Méditerannée ancrée dans mes souvenirs d’enfance.

C’est dur de grandir, voire vieillir. Lorsque je trébuche, je pense à mon père, à sa tendresse infinie et une montée de larmes vient me saisir. Quand la vie me secoue, je pense à lui car il est ma source de réconfort même à des milliers de km. J’ai envie d’être à nouveau sa petite fille et ne plus avoir de soucis car je sais qu’il est là, à régler tous les soucis. J’ai hérité de son grand coeur et de sa persévérance et j’en suis fière. Il m’a équipée afin d’être capable de percevoir le beau bleu du ciel en plein milieu des intempéries cruelles de la vie.

Je sais que cette vague n’est que passagère. Lorsqu’on a le coeur lourd, notre vision est altérée. Mais je sais aussi que tout va bien : L’amour, la famille, le boulot, le plan de déménagement et la nouvelle ville. L’homme de ma vie est l’homme le plus merveilleux qui puisse exister. Il est mon rêve devenu réel. Il est fait sur mesure pour moi comme je le suis pour lui. Je ne me sentirai plus jamais seule. Ensemble, on forme une équipe et on rame dans la même direction. Ma famille, c’est mon bonheur. Quant à la nouvelle job, elle est remplie de défis à mon goût. Le reste est en cours. Je ne peux qu’être reconnaissante pour ces précieux cadeaux!

Le doute est l’ennemi du bonheur. Il n’arrivera pas à s’emparer de ce que j’ai semé en moi. Je le guette et je le chasserai à coup d’épée s’il le faut. Je commence à récolter le fruit de la réussite et de l’accomplissement. Plus de place aux énérgies négatives. Je suis encore fragile à cause de ma grande sensibilité mais pas au point d’être brisée à nouveau. Ébranlée des fois mais plus jamais brisée.

Notre force intérieure

« Where there’s a will, there’s a way! », j’y crois. Nous avons entre les mains le pouvoir de changer le cours des choses mais à condition d’y croire. Nous devons être pro-actifs aussi. Si une situation ne convient plus à notre vie, nous devons prendre des mesures pour y remédier. Rester planter sur place, à ruminer notre inconfort au point de broyer du noir ne règle pas la situation. Au contraire, ça l’empire. En fait, ça nous rend malheureux et nous enlève notre joie de vivre. Nous perdons le goût de se lever le matin, de se laver, de se changer, de sortir, de socialiser. Ça nous coupe de notre entourage. Le plus on s’isole, le plus on se noie dans nos pensées négatives. Un cercle vicieux intenable!

Avec un peu beaucoup de volonté, un virement de bord n’est pas juste possible mais faisable. Il faut croire en ses capacités et en la vie. Il faut avoir la foi. Je ne fais pas référence ici à la foi « religieuse ». La Foi avec un F majuscule peu importe nos croyances. Le salut ne tombera pas du ciel en étant assis et passif. Il faut bouger. Être dans l’action. S’indigner et se rebeller. Se prendre en main. Rêver. Planifier. Avoir un objectif, une vision. Mettre en place des outils qui nous permettent d’atteindre cet objectif!

J’ai longtemps été dans la peur de prendre action et j’ai accepté de subir. Un beau jour, j’ai décidé que je ne subissais plus. Depuis, il n’y a que du positif qui m’arrive. Je me suis libérée de mes peurs, de mes blocages intérieurs, des démons qui me chuchotaient à répétition que j’étais incapable de rien. J’ai découvert cette force intérieure en moi, dont je parle souvent, qui a aidé mes ailes à s’ouvrir.

Cette force intérieure, nous l’avons tous en nous. Nous ne le savons nécessairement pas tous. Elle se dévoile au besoin. J’aime comparer cette force au Génie de la lampe magique d’Aladin! Il a des pouvoirs cosmiques mais ne peut les utiliser que si le maître de la lampe (chacun de nous) le veut. Mon Génie à moi m’a permis d’avancer et de progresser, d’atteindre de nouveaux horizons, de me relever après chaque défaite, de réussir dans chaque projet entrepris et d’être courageuse pour entamer un nouveau départ. Malgré les circonstances difficiles dans lesquelles je vis en ce moment, mon coeur est capable de se réjouir de ce qui s’en vient. Le secret réside dans le lâcher-prise. Dans l’acceptation que c’est ainsi. Aucune situation n’est permanente car nous sommes en évolution constante.

Quand nous sommes pris dans un trou noir, nous avons tendance à oublier qu’il y a de la lumière au bout. Le fait de se dire que ce n’est pas ma destinée finale, ça nous permet d’accepter le moment présent tout en faisant un travail sur nous-mêmes pour s’en sortir et pour améliorer notre condition.

J’ai assisté récemment à une soirée d’échange entre Nicole Bordeleau* et Frédéric Lenoir* sur le sujet « Réussir sa vie ». Une conférence qui est tombée à point à cause de tous les changements actuels dans ma vie et qui impactent mes plans futurs. Le merveilleux Frédéric Lenoir a dit que notre coeur est tellement vaste qu’il est capable de contenir deux sentiments en même temps : la tristesse et la joie. Dans les dernières années, je l’ai régulièment ressenti sans comprendre ce qui m’arrivait. Je l’ai finalement compris. Je vivais un deuil intense de mon ancienne vie familiale mais j’éprouvais de la joie, la joie de l’acceptation. Accepter ce qui m’est arrivé. C’est exactement ce qui m’a permis de cheminer et de progresser. Lorsqu’on résiste intérieurement aux changements qui nous atteignent, nous restons pris à la même place où nous finirons par stagner.

Ma petite « prière » du jour :

J’accepte ce qui m’arrive mais je passe à autre chose.
J’apprends de ce que je vis ou ai vécu.
J’évolue.
Je me réinvente.
Je m’améliore.
Je deviens une meilleure version de moi.
Je veux et je peux.
Je change l’impossible en possible.
Je ne permets pas au chaos de s’emparer de ma sérénité.
Je ne nage plus à contre courant. Je laisse la vague m’emporter à bon port.
J’ouvre mon coeur à l’univers et aux autres.
Je reçois avec gratitude l’abondance de la vie.
Je dis MERCI.

*Nicole Bordeleau est une Maître en yoga et méditation, auteure et conférencière, Elle est l’une des principales références au Québec concernant l’art du mieux-être (réf . site web de Nicole Bordeleau)

*Frédéric Lenoir est un philosophe, sociologue et historien des religions. Docteur et chercheur, écrivain et auteur d’une cinquantaine d’ouvrages. Il est aussi co-fondateur de la Fondation SEVE (réf. site web de Frédéric Lenoir).

Mon journal de gratitudes #2

img_8048

Toujours dans la série de « Mon journal de gratitudes », j’entame mon deuxième billet en ce dernier dimanche pluvieux de février.

La bonne nouvelle, surtout pour nous autres en Amérique du Nord, c’est que le printemps ne tardera pas à se pointer le bout du nez.
L’idée en elle-même me fait sourire! Personnellement, ça me boost le moral juste à y penser…

Notre hiver québécois est beau malgré son froid polaire mais de la luminosité naturelle, j’en ai besoin!
Donc VIVEMENT le soleil, les magnolias en fleurs, les balades dans les boisés et les parcs, le chant du cardinal dans l’arbre juste au-dessous de ma fenêtre…surtout les roadtrips dans ma campagne montérégienne!

La semaine a démarré difficilement et j’avais toutes les raisons de sombrer dans un état d’esprit négatif mais heureusement, je me ressaisis au bon moment pour éviter que ma joie de vivre ne prenne le bord.
C’est un combat au quotidien. Un travail persévérant pour rester sur la track.

J’ai appris dans mon cheminement personnel que rien n’est version finale. Lorsqu’on atteint la paix intérieure, le bonheur, le bien-être etc, on ne doit pas déposer notre arme comme si le combat était fini.

C’est ben beau de construire une maison mais ENTRETENIR sa charpente est essentielle voir primordiale à la conservation de l’état de la maison sinon la maison finit par devenir moins solide et peut-être s’effondre un jour.

C’est la même chose pour nous. On se construit mais il faut entretenir ce qu’on construit.

Notre bonheur est fragile. Il ne faut pas se le cacher.
D’où l’importance de le travailler à chaque jour et de faire en sorte que la flamme reste allumée comme un petit feu de foyer.
Il faut continuer à l’alimenter avec de petites bûches sinon il finit par s’éteindre. C’est valable autant pour le bonheur que pour l’amour. C’est ça le secret.

À partir du moment où on comprend le principe, le reste suivra. Le mot (ou plutôt expression) d’ordre est « la prise de conscience ».
Après cette étape, on retrousse nos manches et on se met au travail.

Aujourd’hui, je suis reconnaissante de finir ma semaine positivement car j’ai réussi à retrouver ma paix intérieure et ma joie de vivre malgré les difficultés et désagréments vécus.

• Merci d’avoir la passion et le don des mots qui me permettent d’exprimer mes émotions et de guérir mes maux. L’écriture est ma thérapie. Mon psy gratuit!

• Merci à toi Marie, à tes messages réconfortants, à tes mots remplis d’affection. Tu as le don de faire du bien.

• Merci à toi ma Maud pour cette belle complicité que nous avons développée. Pour ta quête continue du bonheur. Pour avoir réussi à finir la semaine dans le positif. Continue ma belle!

• Merci à tout l’amour que je ressens et qui me permet d’ouvrir les yeux, le matin, avec un grand sourire. T’embellis ma vie, mon Ti-Coeur.

• Merci à mon collègue et mentor Robert d’avoir croisé mon chemin et m’a appris le vrai sens de la générosité et de la gentillesse. Pour m’avoir prise sous son aile comme un père le ferait. Que ta retraite soit à la hauteur de toutes ces années de don de soi et de la dédication aux autres. Je ne t’oublierai jamais!

• Merci à ma fille Zoya qui a gardé son sang-froid quand j’ai perdu le mien cette semaine. Sa maturité est un exemple à suivre. On apprend beaucoup des ados.

• Merci à la gentille serveuse au café Van Houtte qui me demande à chaque jour comment je vais pendant qu’elle me sert mon diner, avec son sourire gentil et patient. Elle rajoute du goût aux plats servis! Un sourire, c’est tout ce que ça prend pour faire la journée de quelqu’un!

• Merci encore et encore à tous les beaux échanges virtuels que j’ai à tous les jours avec vous tous, où que vous soyez dans le monde. À tous ceux et celles qui se mettent à nu pour partager leurs expériences de vie et leur quotidien, sans filtre et avec transparence.

• Merci à la vie pour m’avoir permis de surmonter ma peur des chiens et me laisser apprivoisée par eux (et non le contraire). L’affection qu’un chien donne peut dépasser de loin celle de l’humain.

Voici ma liste de cette semaine. C’est un exercice qui fait du bien au coeur et à l’âme.

« Au lieu de souffrir toujours de ce qui vous manque, apprenez à vous réjouir de ce que vous avez. » – Omraam Mikhael Aivanhov