Étiquette : lâcher prise

Pourquoi « Mon coeur de saumon? »

On me demande depuis le lancement de ce blog, pourquoi j’ai choisi « Mon coeur de saumon » comme titre. Le saumon est un poisson connu pour nager à contre courant. Il risque sa vie et défie la loi de la gravité. Depuis ma tendre enfance, j’étais un petit saumon sauvage. Je suis née avec des gènes de rebelle. Je ne suis pas une « hors-la-loi », bien au contraire. Je démontre beaucoup de rigueur par rapport au respect de la loi et à son application. Mais dans ma vie de tous les jours, je vis selon mes convictions et mes principes, guidée par l’amour, la compassion et l’ouverture à l’autre.
Les injustices de toute sorte et couleur dans le monde me font rager.

Issue d’une culture assez conservatrice par rapport au rôle de la femme dans la société mais élevée dans une famille ouverte : un père médecin ayant fait ses études en médecine en France et une mère détentrice d’un bac en philosophie et en psychologie, donc j’ai été encouragée à aller toujours plus loin, à m’affirmer et À devenir ce que je suis aujourd’hui.

J’ai eu le choix depuis ma jeunesse d’aller dans le domaine d’études que je voulais, de voler de mes propres ailes sans contrainte, d’être moi-même. J’étais chanceuse par rapport à d’autres jeunes filles de mon âge qui n’ont pas eu la même ouverture du côté de leur famille.

Dans mon parcours, j’ai réalisé que la femme n’est pas juste une épouse et une mère. C’est un rôle important et essentiel mais elle a d’autres à jouer.

Au fil des années, j’ai réprimé le saumon en moi pour « me conformer » à la nouvelle famille, conservatrice et traditionnelle, dont j’ai fait partie par alliance. Ça ne m’a donné que de la frustration car je n’étais pas fidèle à mes principes. D’autre part, la famille n’était pas assez satisfaite de ma « performance ». Je n’étais pas assez compétente à leurs yeux en tant qu’épouse, ni digne du nom de leur fils.

Sans rentrer dans les détails ici, mon saumon a décidé de se réveiller et de retourner à la source, à sa vraie nature.

Depuis, j’ai repris les rennes de ma vie et c’est moi qui la dirige désormais. J’ai gardé dans mon cercle ceux qui me ressemblent et j’ai laissé aller ceux qui ne me ressemblent pas et plus!

Pour faire partie de mon cercle, c’est simple : ma devise est l’AMOUR. L’accepter et le donner c’est dans les conditions d’adhésion à mon « club ».

« Moi, je ne « tourne pas les pages », je déteste cette expression simpliste, je n’oublie rien, je ne zappe pas, je ne renouvelle pas ma vie comme si rien avant n’avait existé. Elle est un fil continu que je tisse, je ne gomme personne, je suis faite de tous mes souvenirs, de mes amours, je suis un patchwork vivant de moments de vie, je suis faite des autres, pour les autres, et chacun m’a construite ou meurtrie. Je ne tourne pas les pages, je les écris. »

Charlotte Valandrey

Résister à l’amour

IMG_2293

En cet après-midi gris et maussade, l’inspiration me tombe dessus comme un éclair. L’orage qui est supposé être à l’extérieur, en ce juin bizarroïde, gronde plutôt en moi. Depuis quelques jours, une boule de « stress » a trouvé refuge dans mon estomac. On dirait que l’année difficile que je viens de vivre a soudain décidé de se venger de moi. De nature optimiste et positive, cet état second vient ébranler mon existence. Est-ce la colère? La dernière étape du deuil de la séparation? La mère à temps partielle que je suis devenue? Mes soucis financiers? Ma carrière? La remise en question de mes choix de vie?
Je sais et je sens que quelque chose se manigance en moi. Mais ce quelque chose ne s’est pas encore dévoilu. Je suis en mode survie. Mon pilote automatique est en contrôle. Je suis consciente que je devrais reprendre le contrôle à un moment donné. Mais pas encore. Je suis en tentative d’écoute de cette petite voix en moi. Suis-je devenue sourde ou est-elle encore silencieuse?
Pour revenir un peu en arrière afin de donner sens à ce que je vis, il y a un an j’ai fait mon saut dans le vide. J’ai quitté ma maison, mon foyer, ma vie familiale. J’ai quitté tout ce que je connaissais à ce jour. Je suis sortie de ma zone de confort, qui, disons les vraies choses, n’était pas vraiment ma zone de confort vu qu’il n’y avait aucun confort.
Je me suis lancée dans une nouvelle vie : un nouveau statut de femme séparée et de mère célibataire. J’ai tout laissé derrière moi. Je n’ai pris aucun des meubles par peur ou par superstition que la malédiction allait me poursuivre dans mon nouveau chez moi. Je ne voulais aucun souvenir accroché à ses meubles. Je partais de zéro. Légère. Soulagée. Libre.
L’année est passée vite. J’ai appris à gérer ma vie du mieux que je peux avec tout ce que ça implique.
J’ai eu mon (gros) lot de hauts et de bas et j’étais sur des montagnes russes en permanence.
Dans ce chaos sucré-salé, ma vie n’est pas et ne sera pas simple.
Une leçon apprise durant ma première année de vie solitaire est que l’amour est le remède à tous nos maux.
Ouvrez votre coeur et votre âme à la vie et acceptez ce qu’elle vous offre. Ne refusez pas sa générosité juste parce que vous avez été déçus, blessés, trompés. Permettez à votre coeur de guérir et n’ayez pas peur d’une nouvelle chance.
Mes derniers jours vécus avec cette boule à l’estomac m’ont démontré à quel point j’étais fragile et vulnérable. C’est la cloche qui m’a fait réaliser que je résiste aux douceurs que l’univers m’envoie, que ma mission est d’être heureuse et rendre les gens que j’aime heureux.