Étiquette : homme

L’inconnu que j’attends

Après chaque rupture ou déception, je me suis demandée si l’autre pensait un peu à moi, s’ennuyait juste un peu de moi. Si j’étais difficile à oublier. S’il me classait rapidement dans son archive de conquêtes amoureuses.

L’idée me hantait, voire me perturbait. Comme je l’ai déjà mentionné auparavant, chaque personne qui passe dans notre vie y laisse son empreinte. Il y laisse un peu de lui. On devient un “patchwork vivant” de toutes ces histoires terminées. Ou laissées sans point final, en suspens dans l’espoir qu’un jour, dans une autre vie, elles se transforment en une légende d’amour sans pareil.

Bon, j’exagère un peu là pour la légende.

À chaque fois, je souhaitais que ce soit la dernière. Qu’il soit celui que j’ai toujours attendu et voulu être en amour avec. Qu’il soit celui qui m’aimerait à la folie, qui crierait sur tous les toits que je suis la femme de sa vie. Qu’on puisse écrire ensemble notre nouvelle histoire et créer une vie à notre image.

J’ai tant espéré qu’il soit lui, mon partenaire, mon ami, mon complice, mon confident, mon Nord et mon point de repère. Qu’il tombe en amour avec mes défauts et mes imperfections. Que ma tête souvent dans les nuages l’amuse et le fasse sourire. Qu’il me rassure lorsque je suis prise de doute. Qu’il me réconforte quand la peur s’empare de moi. Et quand j’ai l’envie de m’enfuire, qu’il me prenne dans ses bras et me dise qu’il tient à moi. Qu’il veuille se battre pour que ça fonctionne et ne désespère pas lorsque je désespère. Qu’il ne perde pas confiance que ça peut fonctionner entre nous. Qu’il sache apprécier ma douceur, rire à mes blagues et se délecter de mes petites folies. Qu’il croie aux deuxièmes chances et au pardon. Qu’il accepte que je veuille être toute seule dans ma bulle des fois et qu’il m’attende, patiemment, à bras ouverts, que je revienne vers lui. Qu’on rie aux éclats, qu’on se chatouille, qu’on se colle tendremement.

J’avoue ne pas avoir aimé comme il faut, des fois, mais je n’ai pas été aimée non plus comme il le faut, d’autres fois. Le timing aussi a joué contre nous. La distance n’a pas été clémente non plus parfois. Mais j’ai toujours cru que ce qui nous est destiné finit par nous rejoindre. Ce n’est qu’une question de temps. Le timing pour que les astres s’alignent et que Vénus approuve le choix!

Je ne veux plus de ces mâles alpha qui veulent s’imposer et me faire sentir que je suis chanceuse d’avoir leur attention et affection. J’ai vécu avec un pendant 14 ans. Ce n’est plus ce que je veux pour le restant de ma vie. La douceur d’un homme, son affection, sa compréhension c’est dont je veux et j’ai besoin dans ma vie.

Un macho, c’est génial à 20 ans. Mais à 40 ans, c’est un homme mature, authentique, sûr de lui-même. Un homme qui dégage de la confiance et qui inspire la sécurité à ses côtés. Qui tombe encore et encore en amour avec moi. Qui me respecte et me considère comme un être humain à part entière. Simplement, un homme capable de douceur comme de fermeté et de solidité.

« Avec certains êtres, très rares, il faudrait ne pas parler. Il faudrait tout de suite être dans les bras, caresser le visage, les paupières, les joues, les lèvres, les effleurer d’un doigt, lentement d’abord, puis dans un baiser, passionnément. S’embrasser. S’étreindre. Les mots sont inutiles. Les mots viendraient plus tard confirmer ce que les corps ont su dès les premiers instants. » Laurence Tardieu

Merveilleuse mais…

img_7500

Avertissement :

Ce texte n’est pas un texte féministe, ni rédigé contre vous, chers messieurs. C’est simplement une inspiration spontanée de mon cru en cette soirée froide, dépourvue de chaleur humaine!

Tu es cette fille aux beaux traits et au charme à faire damner un saint (d’après eux!).
Tu es intelligente, sympa, serviable et sensible.
Tu as un sens de l’humour facile mais sophistiqué.
Tu as une attitude positive malgré les bas qui te mettent KO et les mauvaises surprises de la vie.
Tu traites le monde autour de toi avec respect et courtoisie.
Tu es indépendante, autonome et ambitieuse.
Tu gères tes finances comme une championne.
Tu as le sens de l’orientation géographique (eh oui malgré que tu sois une femme!).
Tu es gaie et souriante.
Tu es une bonne cuisinière et une pâtissière créative. Une hôtesse hors pair.
Tu es sexy en jeans et t’shirt, et encore plus avec tes cheveux ébouriffés à ton réveil le matin.
Tu t’en foues de ce que les autres pensent de toi.
Tu es sûre de toi et remplie de fierté.
Tu es une bonne communicatrice et tu as de l’écoute.
Tu es faite forte.
Tu es transparente et tu n’as pas peur de nommer les choses et encore plus de dire ce que tu ressens, tu penses, tu crois, tu veux, tu désires…
Tu as un maudit caractère malgré ta douceur.
Tu inspires la confiance et la fiabilité..
Tu as beaucoup à offrir en amour et en amitié.
Tu es simplement merveilleuse!

Mais….

Ce petit mot de 4 lettres…MAIS!!!!

On te dit que tu es “TROP”.
Que tu fais “PEUR”.
Que ton intensité “DÉRANGE”!

Malgré tout ce que tu es, tu es ENCORE célibataire…

Tu fais fuir les hommes par ton indépendance ainsi que ton caractère de femme capable de s’occuper d’elle-même et des autres.
Ils sont partants pour s’amuser avec toi mais ont la trouille quand il s’agit de tomber en amour avec toi.

Tu fais peur à cause de la barre que tu as placée haut mais ça ne veut pas nécesairement dire que tu es inaccessible.
C’est juste que tu connais ta valeur!
Tu n’as pas à renoncer à ta féminité qu’ils considérent excessive pour les rassurer. L’homme, le vrai, lui s’en délectera!

Tu es célibataire et battante, ce qui fait de toi une célibattante ….Tu préfères être seule que dans une « presque-relation ». Tu veux TOUT ou RiEN.

Par contre, tu as la “recette” (sarcastiquement bien sûr) pour prendre dans tes filets l’homme que tu veux!

On t’a inculqué que pour trouver un “mari”, il faut que tu ne te dévoiles pas trop.
Que tu gardes tes idées et tes émotions pour toi. Que tu prétendes être le contraire de ce que tu es.
Que tu n’aies pas trop d’ambitions.
Que tu lui montres ta reconnaissance quand il te choisit comme épouse et “accepte” de subvenir à tes besoins.

On t’a répété à maintes reprises que tu es une quadrégénaire et tes chances deviennent de plus en plus minces pour qu’un homme veuille de toi!

Qu’il faut que tu cesses de jouer à la capricieuse et que tu acceptes ce qui est offert dans les buffets car là où tu es rendue, tu as moins de chance de savourer de la cuisine fine et des mets raffinés!

On te l’a inculqué mais ce n’est pas comment tu perçois les relations homme-femme. Tu es célibataire car tu t’assumes.

Tu t’acceptes.

Tu t’aimes.

Et ce n’est pas contre vous, chers messieurs.
Elle croit en votre partenariat.
Elle croit en vous.
Elle vous respecte et vous considère comme ses alliés.
Par contre, pour la sortir de son célibat délibéré, il suffit que l’un de vous, à son tour, s’assume.

S’accepte.

S’aime.

Alors il pourra s’ouvrir à elle et cessera d’avoir peur de la FEMME qu’elle est.

Sinon, célibataire et fière, elle restera…

“Je t’ai cherchée partout, même ailleurs. Je t’ai trouvée, où que tu sois, je m’endors dans tes regards. Ta chair était ma chair. De nos moitiés, nous avions inventé des promesses ; ensemble nous étions nos demains. Je sais désormais que les rêves les plus fous s’écrivent à l’encre du cœur. J’ai vécu là où les souvenirs se forment à deux,à l’abri des regards, dans le secret d’une seule confidence où tu règnes encore… Même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part.”
Marc Levy