Étiquette : continuation

Les choix qu’on fait

On me demande souvent si je regrette mon choix d’être partie, si j’aurais dû rester, continuer à jouer mon rôle d’épouse heureuse et prétendre qu’on est la famille parfaite que beaucoup de notre entourage jalousait. Je répondais pratiquement et systématiquement tout le temps par un NON sûr. À vrai dire, je le regrette. J’aurais dû le faire plutôt.

Je me suis battue pour une cause perdue d’avance et j’ai fini par lâcher prise. En fin de compte, c’était déjà fini depuis quelques années. On ne peut pas réssusciter un mort. Mais, on restait pour sauver les meubles. Parce qu’on a honte de dire qu’on a échoué. Et parce qu’une rupture coûte cher. Surtout, on reste pour les enfants. C’est cliché, non?

On s’habitue à vivre « à peu près ». Après tout, c’est notre zone de confort pas trop confortable. Mais au moins, on sait à quoi s’attendre à chaque matin. Il n’y a rien de nébuleux ou d’ambigu. Attendre trop longtemps empire la situation et envenime la vie de toute la famille. Attendre trop longtemps appronfondit les blessures et fait en sorte que la récupération après devienne plus difficile, plus longue aussi.

Je ne dis pas qu’il faut baisser les bras facilement. Qu’il faut plier bagage au moindre désaccord. Qu’il ne faut pas se battre pour sauver son couple et par la bande sa famille.

Quand tu décides de partager la vie d’une autre personne, tu ne penses pas qu’un jour, peut-être, il y aura une fin. Tu t’investis et tu te permets de rêver au coucher du soleil qu’on va observer, main dans la main, sur la terrasse de la maison familiale où les cris joyeux des petits-enfants résonneront dans ses recoins. On aimerait vieillir ensemble et se soutenir dans les adversités et les bobos de la vieillesse. Qui ne pense pas à ça? Qui ne le souhaite pas?

Est-ce qu’on choisit exprès de ne plus s’aimer et de partir? De briser la famille? Non. Quand l’amour s’évapore et le bonheur se transforme en illusion, tout s’effondre. On vit en parallèle. On continue à avancer mais sans se rejoindre. En géométrie, les parallèles ne se rencontrent jamais. C’est le cas de pas mal de couples de nos jours. C’est malheureux. Mais c’est une réalité. La plupart des camarades de classe de mon gars ont « deux maisons ». C’est révélateur.

On s’oublie et on oublie l’autre à cause de nos responsabilités au quotidien. Comme toute autre chose, il faut entretenir son couple pour qu’il continue à l’être. Il se nourrit de chaque effort entrepris à son égard. Et lorsqu’on le tasse de côté, il se fâne, faiblit et finit par ne plus exister.

L’amour, c’est la base. Et la base doit être entretenue régulièrement pour continuer à supporter la charpente. Par contre, il faut que les deux partenaires de vie le veuillent et le désirent. Si l’un des deux décide de débarquer, plus rien à faire. Personne ne peut être forcé de rester et d’essayer.

Ce n’était pas aussi simple comme choix. Je l’ai fait et je ne le regrette pas. Comme je l’ai mentionné plus haut, mon regret c’est d’avoir attendu longtemps en espérant qu’un miracle nous tombe dessus. Ce n’est pas arrivé. À la place, nos coeurs ont dérivé, nos chemins ont divergé.

Aujourd’hui, je suis une femme heureuse. Épanouie. Libérée. J’ai reconstitué une famille avec mes trois enfants. Il y a des jours où c’est plus difficile que d’autres. Comme dans n’importe quelle autre famille. Mais nous avons réussi grâce à notre résilience et à notre joie de vivre innée. J’aimerais être en couple, un jour. Ré-avoir la maison familiale dont je rêve. Mais je ne forcerai pas les choses. Ça arrivera quand ça arrivera. Entre temps, je savoure ma nouvelle vie. Je suis bien et comblée. Je m’épanouis au fil des jours. Je dis non à ce que je ne veux plus. Et je reçois à bras ouverts ce que je veux. Être bien avec soi est la première condition pour être bien avec une autre personne. Je ne prends plus rien pour acquis. Je suis consciente que le bonheur est fragile. Donc je vis à fond les petits moments de bonheur que la vie m’offre en cadeau.

C’est le choix que j’ai fait : me choisir. J’ai choisi aussi d’être heureuse en adoptant une attitude de gratitude. C’est reconnu que les personnes reconnaissantes sont des personnes plus heureuses.

« Quand je suis inquiet et que je n’arrive pas à dormir, je compte mes bénédictions au lieu de compter les moutons, et je m’endors en comptant mes bénédictions. » Irvin Berlin

https://youtu.be/n43T56Z01Mk

Aujourd’hui, je me choisis!

Penser à soi n’est pas égoïste. Dire STOP de temps en temps, mettre tout en pause pour se reposer et pour recharger ses batteries est un devoir envers nous-mêmes.

Le rythme trop accéléré de la vie nous enlève des moments précieux de notre court passage sur terre. C’est à nous de les lui voler pour les vivre pleinement et comme bon nous semble à l’abri de ce courant fou qui emporte tout à son passage qu’est le temps. Je ne veux pas me rendre compte trop tard que je n’ai pas « vécu ». Et ce n’est pas vrai que j’accepterai une vie « ordinaire » ou « médiocre » tant qu’à y être.

J’ai passé de longues années dans l’oubli de moi-même. Je me suis donnée à fond pour voir évoluer ceux autour de moi. Comme mentionné à maintes reprises, je ne regrette pas avoir fait ce que j’ai fait pour les autres car c’était fait avec amour et en plein conscience. Par contre, mon dévelopment personnel n’a pas suivi les années qui s’égrenaient à la vitesse de la lumière. J’ai fait du sur place par rapport à moi-même. Là, j’ai beaucoup à récupérer, beaucoup à réaliser mais la journée est faite d’un nombre limité d’heures. Physiquement parlant aussi, et il ne faut pas se le cacher, c’est le déclin 40 ans dépassés. En plus de mes tâches régulières et de mon devoir de maman d’un trio, j’aimerais pouvoir écrire plus, m’entrainer régulièrement, lire davantage, voir mes amis, m’évader, visiter des musées et des expos, prendre des cours de peinture, méditer, faire du snowboard, voyager….J’ai beaucoup de rêves et d’ambitions. Trop même. Ça me fatigue car je suis limitée. Je suis prisonnière du temps. Il me faut plusieurs vies pour réaliser tout ce que je veux atteindre. Ma tête est remplie de rêves. Mon coeur déborde de passion pour la vie et mon âme est assoiffée de nouvelles expériences. Je veux les partager avec celui qui me ressemble, qui vibre aux mêmes choses que moi et qui pulse au même rythme que moi.

Oui, désormais, je pense plus à moi et à ma paix intérieure. Je l’assume. Je m’assume. Je ne mâche pas mes mots. Je me respecte et je sais formuler clairement un vrai OUI et manifester un vrai NON. Je laisse aller ce qui ne me ressemble plus et j’accueille ce qui contribue à mon épanouissement et à mon cheminement dans la vie.

Je suis capable souvent de prendre du recul face à une situation qui sème la zizanie et le doute dans mon coeur. Je n’embarque plus dans un flot de pensées décousues qui n’a pour but que de perturber ma sainte paix.

Je me connais et m’aime mieux. Me valorise plus. Je vais au bout de mes appréhensions et peurs afin de les surmonter. Je peux simplement briller de mes propres lumières. Et j’ai le choix de décider de ma destinée…

Il y a eu un temps où je n’étais pas bien dans ma peau. Ça se reflétait au niveau relationnel et ça impactait mon couple. Dans mon cheminement, j’ai apprivoisé mon corps et appris à aimer mes courbes. Aujourd’hui, je suis bien dans ma peau. J’ai développé ma propre capacité de bienveillance, de tolérance et de non-jugement vis-à-vis moi-même. Je suis moins sévère avec moi-même. Je mets le focus sur mes atouts au lieu de mes défauts.

Il n’y a pas longtemps, quelqu’un m’a dit que ce que je suis a chamboulé sa liste de critères qu’il a établie pour son choix de femmes. Me l’avoir dit vlà 1 an, je ne l’aurais pas cru à cause du faible estime de soi dont je souffrais. Mais j’ai cheminé depuis, heureusement. Et oui, j’aime maintenant mes parfaites imperfections. Quand on s’aime soi-même, on dégage une certaine (belle) énergie que les autres ressentent. J’y crois car je l’ai expérimentée. Cette énérgie attire quand elle est positive et repousse lorsque négative. Quand on s’aime aussi, on aime mieux l’autre/les autres.

On a le choix d’en décider et de se positionner face aux autres. En fin de compte, nous attirons ce que nous dégageons, il ne faut jamais l’oublier!

« C’est toi qui sais ce qui est bon pour toi, ne te laisse pas dévier de ton chemin, avance vers tes propres objectifs. » Jacques Salomé

Mon journal de gratitudes #7

Pour la 7ème semaine consécutive, j’enchaine avec le journal de gratitudes qui est un excercice important dans mon processus de cheminement.

C’est aussi un moment d’arrêt et d’introspection. Un moment d’ouverture à la vie et à toutes les vibrations positives qui s’y trouvent. Ce n’est pas une simple rédaction d’un journal. C’est comme être en transe. J’entre en communion spirituelle avec l’univers et je le ressens dans tout mon être.

Ça me remplit de bonheur. J’avoue que les premières fois où j’ai commencé cet excercice, c’était plus comme un simple retour sur ma semaine. Mais depuis les deux dernières semaines, il ressemble à la méditation avec tous les effets que ça a sur le corps et sur le mental. Il m’apprend un peu plus sur moi et approfondit mes réflexions spirituelles.

Être reconnaissant (puis le montrer) pour tous les cadeaux de la vie n’est pas un geste banal. C’est un appel à l’abondance, au bonheur et à l’acceptation. Vivre dans la gratitude a un effet positif sur notre vie, sur tout notre être et aussi sur ceux qui nous entourent. Ça élimine les émotions négatives (frustration, colère, jalousie, ressentiment…) et renforce l’acceptation de ce que nous avons au lieu de focuser sur ce que nous n’avons pas.

Lorsqu’on exprime notre gratitude, on est plus ouverts aux émotions positives. On devient plus heureux et plus serein. Ça nous permet également d’établir des relations avec les autres. En manifestant notre gratitude envers telle personne, nous reconnaissons son importance dans notre vie et apprécions ce qu’elle nous offre. Ceci a, sans dire, un impact positif sur la relation entre les deux et donc, sur l’estime de soi et le bien-être émotionnel et mental.

En ce dimanche de Pâques (et de poisson d’avril), je suis reconnaissante à la vie pour :

  • Le spectacle de mon conteur préféré Fred Pellerin. C’était un moment de pur bonheur. Il a touché à mon âme et m’a fait vivre de belles émotions. Par la même occasion, je remercie encore ma collègue et amie Isa qui, grâce à elle, à sa magnifique maman et à son gentil frère, j’ai passé une merveilleuse soirée. Je l’ai beaucoup appréciée.
  • Les belles discussions profondes que j’ai avec JR. Les personnes vraies, authentiques et simples sont de plus en plus rares et toi, tu en es une.
  • Après plusieurs semaines de questionnement, la vie m’a envoyé une réponse. Je suis en paix finalement. Mes doutes ont été confirmées. Encore une fois, ma petite voix avait raison.
  • Le temps de qualité avec mes flos. Les partages et les témoignages d’amour. La résilience de mes amours vis à vis la présence d’une nouvelle personne dans leur vie et dans leur maison (l’autre maison). Je lance une prière dans l’univers pour que cette personne soit un bon modèle pour eux et une source de réconfort lorsque leur propre mère est loin d’eux. Pas facile pour le coeur d’une mère d’accepter qu’une autre soit dans la vie de ses enfants mais j’ai appris à cheminer et la résilience a trouvé place dans mon coeur aussi. Mille fois merci à la vie!
  • Malgré ma semaine éprouvante sur plusieurs niveaux, j’ai gardé le moral haut et la bonne humeur.
  • La soirée passée hier avec Maria (et sa maman), Justine et Iris. Ma deuxième famille. Les rires aux larmes, les partages et tout l’amour qui y régnait. Ce temps en leur compagnie me permet de recharger mes batteries à plat et me fait un bien fou : Maria avec sa générosité et son coeur grand comme la Terre, Justine avec sa douceur et sa sensibilité et Iris avec son sens de l’humour et ses conseils de fille. Merci les filles!

Je profite pour vous souhaiter de JOYEUSES PÂQUES et une bonne chasse aux oeufs!

Le bilan d’une année passée trop vite

img_6399

Dans quelques jours, je célèbre mes 41 ans. Le cap de la quarantaine étant franchi, je suis officiellement une quadragénaire qui commence à se mélanger avec les noms de ses enfants et à oublier l’emplacement de ses cartes bancaires.
Bref, des détails qui n’ont sûrement aucun rapport avec le syndrôme des Quadras (sourire).

Bon, bon, bon…revenons à mon bilan de cette année. Avec un peu de recul, je réalise que cette année est comme les autres. 4 saisons (euh plutôt 2 : l’hiver et juillet vu qu’on est au Québec), 2 changements d’heure, beaucoup de travaux de construction et l’épouvantable trafic en ville.

Sérieusement, on ne se réveille pas le lendemain de notre 40 ans, plus vieux, plus ridé, moins beau ou plus beau (dépendamment du déroulement de la nuit!!!). C’est en grande partie, les choix qu’on fait et les décisions qu’on prend pour les années à venir. Comment on se projette dans le temps.

Mais c’est défini aussi par nos circonstances actuelles. Donc on finit par trouver un juste milieu qui convient à notre situation présente tout en ayant une vision raisonnable du futur (un peu de folie ne nuit pas des fois!!!).

Beaucoup parlent de la crise de la quarantaine. Personnellement, je n’y crois pas. Tu ne peux pas avoir une vie harmonieuse avec ton conjoint ou ta conjointe puis à 40 ans, tu décides de tourner la table et balancer tout dans l’air.

Il faut qu’il y ait un certain fond pour agir ainsi. Des malentendus graves, des chicanes continuelles, de la frustration accumulée etc. C’est juste que rendu à cet âge, on devient plus audacieux. On a plus de guts pour nommer les choses et surtout pour exprimer nos sentiments.

Pour moi, ça a adonné de me séparer à 40 ans! Un pur hasard? Peut-être. Chose est sûre, j’étais prête pour le faire à ce moment précis de ma vie suite à un concours de circonstances.

Si on me demande de qualifier cette année, je répondrais sans hésitation “AUTONOMIE”. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit car j’ai développé une autonomie à tous les niveaux. J’avais peur de dépendre d’un homme pour survivre. Ce n’était pas et ce n’est pas le cas. En aucun temps, je n’essaie de minimiser l’importance de la place et du rôle de l’homme dans la vie d’une femme. Je le dis avec tout le respect que j’ai pour ce partenaire de vie. Si je choisis d’être avec quelqu’un, c’est parce que je le veux et non parce que j’en ai besoin. C’est la nuance.

Dans le passé, on m’a souvent répété que “tu ne survivras jamais sans moi, tu es incapable de rien faire sans moi!”. Je tenais à prouver le contraire, surtout à me prouver que ce n’était que de la manipulation pour m’écraser et me dévaloriser.

Poursuivons donc avec ce bilan.

Changer de carrière était sur ma “to-do list” de la quarantaine. Les circonstances et la volonté étaient au rendez-vous, ce qui m’a permis de prendre un différent tournant de carrière. Une promotion! De nouvelles fonctions dans un nouveau ministère qui est proche de ma résidence. Ceci me permet de rentrer plus tôt chez moi et de m’éviter de parcourir la ville de long en large. Une meilleure qualité de vie, quoi!

Malgré ce changement tant désiré, la période d’adaptation demande beaucoup d’énérgie. Mes batteries sont à plat et je suis au ralenti. Revenir chez moi et m’émmitoufler dans une couette sur mon divan pour lire ou écrire est mon activité préférée, ces temps-ci. Tranquillement, je regagnerai mon énérgie et je retournerai à l’activité physique. Pour le moment, je m’écoute et c’est juste parfait.

Côté cœur, c’est les montagnes russes mais aussi la passion et le vrai sens de l’intimité épanouie. Par contre, la formule est claire. Je n’ai plus d’illusions quant au prince charmant. On est bien d’accord qu’il n’arriverait jamais sur son cheval blanc. Peut-être en Benz, en Hunday, en bus ou à vélo . Peu importe le moyen qu’il prendra, il sera bien accueilli à condition qu’il ait beaucoup d’amour pour moi et qu’il soit prêt à m’accepter comme je suis : une femme remplie de blessures et de peurs mais avec beaucoup d’amour à donner aussi..

“Il est des plaisirs en amour pour tous les âges, et des sentiments pour toutes les saisons.”

Le meilleur de cette année c’est la nonchalance par rapport à l’avis des autres à notre égard. Malgré qu’on apprend aussi à se connaitre par le biais des autres, ce qu’ils pensent de nous devient banal, rien qu’un détail qui nous laisse indifférent.
Plus jeune, on avait besoin de l’acceptation des autres. On tenait à leur plaire. À vouloir faire partie d’un cercle auquel on voudrait s’identifier pour faire face à la société. Leur jugement à notre égard nous fichait la trouille.
À 40 ans, ça ne pose plus ce problème. Nos expériences de vie nous ont procuré assez de confiance en soi que faire partie d’un groupe n’a plus sa raison d’être. C’est toujours plaisant de faire partie d’un groupe. Par contre, ce n’est plus une nécessité mais plutôt un choix, un plaisir.
Notre personnalité est déjà assez forgée pour faire face au monde avec notre individualité, notre personne.

“La qualité de notre relation aux autres dépend intrinsèquement de la relation que nous avons avec nous-mêmes” Frédéric Lenoir

On est même en mesure de se retirer volontairement de certaines relations d’amitié si elles ne contribuent plus à notre épanouissement ou si elles créent en nous des appréhensions et des doutes par rapport à son authenticité.

En gros, j’étais en période de rodage et là on passe au sérieux de la quarantaine pour aller chercher plus de sérenité, plus de bonheur et surtout plus de douceur. Je le dis avec le sourire.

“Vous devez accepter la vie comme elle se présente, mais vous devriez essayer de faire en sorte qu’elle se présente comme vous aimeriez qu’elle soit.” (Ancien proverbe allemand)