Qui sème, récolte!

cropped-cropped-img_0643.jpg

Le jour où je me suis présentée chez mon avocate pour signer mes papiers de divorce après une année de séparation physique, j’ai été offerte un nouveau poste dans un nouveau ministère. Une promotion!

Le ciel m’a fait un clin d’oeil!
Je me suis battue férocement au cours de cette année pour mes droits et ceux de mes enfants. J’ai tenu mon bout car j’y crois. Ça m’a coûté cher en frais judiciaires, en énérgie, en patience et j’ai réussi malgré tout. Je passais des nuits entières insomniaque car mon petit hamster courait et courait en essayant de trouver une solution à tous mes tracas.

Le jour où j’ai signé ces papiers, croyez-le ou pas, le mauvais sort s’est brisé. Les fleurs poussaient à nouveau dans mon jardin, les oiseaux lançaient leur plus beau gazouillement pareil à l’histoire de la « Belle au bois dormant » où le baiser du prince a brisé le sortilège et a ramené la vie dans la baraque.
Je sentais que la vie célébrait mon retour à elle. J’étais dans un état second. Je flottais sur un nuage de bonheur.

J’avais touché le bas fond du désespoir mais comme je savais que ça ne pourrait pas aller pire, je me disais que ce n’est qu’une question de temps avant que je commence à remonter la pente. En effet, une nouvelle vie, un homme merveilleux et une nouvelle job! J’ai aussi réussi à ramener mes enfants à moi après une sombre période pour eux et moi.
Cette année leur a appris à apprécier davantage la mère que je suis et à comprendre ce qu’une mère est capable de faire pour leur bien-être.

J’ai suivi l’exemple du roseau qui se penche au passage de l’orage et se redresse plus sûr et fier que le chêne qui malgré sa puissance évidente se déracine. La dernière année m’a appris la souplesse et la résilience et c’est le temps de récolter les fruits.

Deux leçons importantes à retenir après cette expérience :

1. Rien n’est garanti dans la vie. En un moment, notre vie bascule. On perd tout ce qu’on pensait éternel et avec, nos repères et notre identité. C’est la mauvaise nouvelle!
2. Cette situation n’est pas permanente. Par contre, il faut se battre avec toutes ses tripes pour ses principes, ses valeurs et ses croyances. La vie vous récompensera et vous compensera pour toutes les douleurs que vous avez ressenties, pour chacune des larmes que vous avez versées sur votre oreiller avant le sommeil.

Et là, après avoir goûté à la victoire, à la réussite, au vrai bonheur, à l’amour vrai qui ne vous mettra dans aucun doute de vous-même et de votre valeur, je suis prête à aller de l’avant et conquérir le monde. The sky is the limit!

Mes bras seront grand ouverts pour quiconque a besoin d’être soutenu, aimé et accompagné dans sa bataille, quelque soit sa bataille. Je ne vous fermerai jamais mes portes comme on me l’a fait, des fois! Je ne vous jugerai jamais comme on m’a jugée aussi, des fois! La vie m’a offert et c’est à mon tour d’offrir!

« C’est toujours la Passion qui dévoile à une femme son caractère, c’est toujours dans l’Amour et dans la douleur qu’elle atteint sa véritable mesure. »

Stefan Zweig

Les attentes vs les déceptions


Nous avons tous des attentes à chaque moment de notre vie, qu’on le veuille ou pas, et ce malgré que nous savons que ces attentes nous décevront.
Chaque jour m’apprend une nouvelle leçon de lâcher prise et que j’ai aucun contrôle sur le futur. Nous devrions planifier de notre mieux sans nous attendre à des miracles. Tout positif qui découle après est un cadeau qu’on acceuille avec reconnaissance.

 » On n’est jamais mieux déçu que par soi-même. » Jean-Marie Poupart

Je m’explique par un exemple concret de ma vie quotidienne et qui est un exemple de la vie de monsieur et madame tout le monde : je planifie une sortie de A à Z avec les enfants. Je n’oublie rien. Je prépare tout d’avance. Je projette de faire telle ou telle activité qui fait plaisir à chacun d’eux. Je vis le pré-jour J avec beaucoup d’enthousiasme en sachant que cela fera leur plaisir. J’anticipe leur excitation, leurs cris de joie…est-ce que cela se déroulera comme prévu?

Le jour J est là, la préparation pour sortir ne va pas comme je prévoyais. Faire en sorte que trois enfants soient prêts en même temps n’est pas toujours une mince tâche. Nous voilà, enfin, prêts!
Dans l’auto, à 500 mètres de la maison, mon ado se rappelle qu’elle a oublié sa tablette qu’elle ne peut « survivre » sans! Pas question de partir sans l’avoir entre ses bras! Après tout, c’est son bébé (ça c’est ses propres mots!). Comment peut-on partir sans son propre bébé? Elle joue sur mes fibres de maman poule! Je reviens sur mes pas, je lui file les clés et elle part comme une flèche récupérer son « bébé »!!!!

Quelques minutes plus tard, elle réapparaît avec son beau sourire vainqueur et sa tablette chérie serrée contre elle. À ce moment précis, mon « bébé » à moi de presque 5 ans me dit qu’il veut aller à la salle de bain. La tension monte, je commence à avoir chaud. Je respire par le nez comme me dit souvent chéri et je descends avec mon gars pour qu’il puisse soulager son besoin biologique avant la deuxième tentative de départ.

Dans l’auto, et avant de partir le moteur, je lance un dernier appel à ma troupe pour savoir si tous leurs besoins sont satisfaits! Un OUI sûr retentit et nous voilà partis.

Arrivés à destination, ma pré-ado me dit sans aucune gêne « T’es pas sérieuse maman, tu nous amènes ici? C’est vraiment plate! ».

Et voilà, ma première déception de la journée! J’avale avec amertume sa remarque et j’affiche un beau sourire en lui répondant « tu vas voir, on va s’amuser pareil! »!

Entre temps, les yeux de mon ado scrutent les lieux à la recherche d’une prise électrique et d’une affiche de « Wifi gratuit »! Elle sera heureuse dans la mesure où cet endroit répond à ces deux critères primordiaux : la prise et le wifi!

On demande au personnel si on peut avoir le mot de passe de l’internet. On nous répond que malheureusement cet établissement n’offre pas ce service aux clients. Aucune surprise de ma part car c’est un endroit où les « clients » viennent S’AMUSER donc s’ils veulent « surfer le web », vaut mieux rester à la maison! Mon ado elle, est en humeur massacrante! Elle se demande pourquoi elle a accepté de nous accompagner!

Ma deuxième déception de la journée! Et dire que je voulais leur faire plaisir….

On s’amuse donc comme on peut malgré mes deux premières déceptions et les commentaires désobligeants de mes 2 vieilles.

Vient le temps de manger! La commande que j’ai passée quelques jours plus tôt auprès de cet établissement n’a pas été « reçue » pour une raison quelconque. Mon fils qui est de nature capricieuse par rapport à la bouffe ne trouve rien à manger sur le menu qui soit à son goût (il ne mange ni viande ni poulet, seulement des croquettes)! Il commence à pleurer! Il veut aller au « Mcdono » (Mcdo) pour ses croquettes et jouer dans l’aire de jeu du Mcdono car « it’s more fun » (ses propres mots). Donc pas question de rester icitte!

Ma troisième déception de la journée! Ah non, je ne permettrai plus aucune de plus!

Je décide de retourner chez nous, déçue tel qu’un commandant d’une armée défaite, mon drapeau en berne. Ma troupe est contente. C’est plus le fun à la maison! Il y a l’internet, la PS4, les croquettes!!!

Une leçon de plus apprise : je ne fais plus aucune attente d’avance. Je ne projette plus le cours d’action. Je laisse les choses venir comme elles viennent pour éviter toute éventuelle déception et en conséquent, un coup à mon petit coeur de maman-poule-qui-veut-faire-plaisir-à-ses-petits-poussins-difficiles-mais-faciles-à-satisfaire!
S’attendre à beaucoup des autres, c’est garantir une blessure. C’est comme tout dans la vie, « Trop espérer, c’est se préparer des déceptions. » On s’attend à être traité de la même façon dont on traite les autres. On s’attend à être aimé, comme on aime les autres. Le jour où on cesse de s’attendre à quelque chose, c’est le jour où l’on commence à vivre en paix, en amour et en reconnaissance.
Je n’ai pas encore atteint à 100 % cet état de transcendance mais ça fait partie de mon cheminement personnel dans la vie de tous les jours.

 » Tout le bonheur du monde est dans l’inattendu. » Jean d’Ormesson

Le côté tranchant du silence

img_2758

Au fil des ans, j’ai développé mon propre mécanisme de défense comme tout le monde : Le silence! 

Ce n’est pas un outil que je choisis d’utiliser exprès dans différentes situations où l’émotionnel est présent. Mon système fait un « shut down » absolu. Même si j’essaie de dire quelque chose, je suis incapable. On dirait qu’une barrière apparaît comme par magie à l’intérieur de moi et isole mon monde émotionnel du reste de moi. Je n’entends plus rien du monde extérieur tellement ce tourbillon en moi est fort et son bruit est assourdissant!

J’ai essayé de remonter dans le temps pour comprendre le pourquoi et le quand ça a commencé. C’est sûr que la culture joue un rôle important ainsi que l’influence de certaines personnes dans notre vie.

À l’origine, je suis un être fait d’émotions et dans la plupart des cas, je les exprime avec facilité.
Mais aussitôt menacée, c’est le silence absolu! Plus que la personne devant moi insiste à avoir des réponses, plus que je me referme sur moi-même et devient impénétrable. Au cours des dernières années, je me suis réfugiée longtemps dans ce silence suffocant! Et ça n’aidait pas mes blessures à guérir. Je me pitoyais sur mon sort, je ruminais ma colère, je faisais taire ma voix intérieure qui me disait que ça ne pouvait continuer ainsi et je me cachais au fond de moi, derrière cette barrière plus résistante que le ciment.

« À l’intérieur de chacun de nous, il y a un silence. Un silence aussi vaste que l’univers. Et quand nous faisons l’expérience du silence, nous nous souvenons de qui nous sommes…» Gunilla Norris

L’étape suivante était les larmes. Je laissais libre cours aux larmes tel qu’un torrent qui emporte tout dans son passage. Comme si ces larmes allaient emporter la douleur loin de moi. Elles allaient purifier mon âme de tout ce qui l’encombre. Elles allaient calmer mon tourbillon. Je pleurais jusqu’à épuisement, jusqu’à ce que je retrouve cette sérénité temporaire.

Et là, je passais à la dernière étape, dormir. Ce mécanisme de « défense » extrayait toute mon énergie, me vidait de tout et dormir était nécessaire pour la récupération physique et émotionnelle.

Dans mon cheminement personnel, j’essaie de déconstruire cette barrière en évitant d’arriver au point où j’ai besoin de me cacher derrière elle. J’évite d’accumuler ce qui peut devenir des frustrations en moi en les extériorisant rapido presto.

J’amène le sujet sur la table, j’en discute avec la personne concernée et je me permets d’exprimer mon mécontentement vis à vis la situation (car avant je ne me donnais pas cette permission!).

Malgré mes compétences en communication, s’exprimer, discuter, échanger est un travail de tous les jours. Il y a toujours place à l’amélioration et je vois déjà les résultats. Je me réfugie de moins en moins dans le silence et je suis fière de ce que j’ai atteint jusqu’à ce moment. Je ne peux plus faire marche arrière.

Je ne veux plus me taire après  avoir retrouvé ma voix!

Je suis capable de détecter en une fraction de seconde l’énergie d’une personne aussitôt qu’elle entre là où je me trouve. Ce qui fait en sorte que mon système réagit vite à cette énergie détectée et je me prépare émotionnellement à interagir « positivement » au lieu de prendre du recul et me cacher au fond de moi.

« Ce que nous ne pouvons pas exprimer gouverne notre vie. »

À toi, que j’aime!

img_2683
Ton amour a envahi mon coeur sans crier gare.
Tel qu’un repère, tel qu’un phare
Qui guide les bateaux perdus dans la noirceur des nuits
Un repère qui s’est infiltré sans bruit
M’aidant à retrouver une âme désesperée
Rongée par la solitude et l’oubli
Perdue dans des abîmes profonds
Que seul toi connaissait l’issu de sortie
Un beau printemps s’installa en moi
Et tout apparaît, désormais, d’une beauté sublime
Ton sourire est mon ancre et ma foi
Ton regard, si doux, que mon bonheur ranime
Ta voix, que dirais-je de ta voix?
Sinon la plus douce des mélodies
Qui m’enveloppe d’une chaleur inouie
Je t’aime d’un amour oublié
Qui appartient à une époque abandonnée
Mon amour pour toi est né le jour où j’ai existé
Et m’accompagnerait jusqu’au jour où je partirai
Tu es ma raison d’être
Tu es ma raison de sourire
Et si tu ouvres mon coeur, tu t’y trouveras fleurir!