Catégorie : Rendez-vous entre copines

“La vie, ce n’est pas avoir et obtenir, mais être et devenir!”… (Temps imparti entre copines #2)

Voici mon deuxième texte avec mon amie Maud. Cette semaine, c’était à mon tour de choisir le thème et chacune de son côté s’est lancée dans la rédaction de son texte pour le plaisir de découvrir après ce que elle et moi avons respectivement écrit.

On entend souvent l’expression « le gazon est plus vert chez le voisin ». On envie sa nouvelle auto, ses enfants parfaits qui pratiquent plusieurs sports, son couple encore en amour, ses photos publiées sur facebook du dernier voyage dans les Caraïbes. On aimerait avoir une vie qui ressemble à la sienne et on pense que si on obtient tout ce que les autres ont, on sera plus heureux et plus comblés. Ceux qui ont cette attitude vis à vis la vie risquent de ne jamais trouver la satisfaction dont ils souhaitent. À chaque fois qu’ils atteignent ce qui est préalablement désiré, ils en veulent plus et autre chose.

Leur sentiment d’insatifaction augmente au lieu de diminuer. C’est la preuve que le matériel ne comble pas l’âme et le coeur. Certains se contentent de peu, un minimum pour subvenir à leurs besoins. Par contre, ils ne se sentent pas en manque. Bien au contraire.

J’ai tout eu dans ma vie. Financièrement parlant, je n’ai manqué de rien. Issue d’une famille aisée dont le père est médecin, j’ai toujours obtenu ce que je voulais. J’ai fréquenté les meilleures écoles privées et j’ai gradué d’une des meilleures universités de la région avec un BAC en science po et administration publique. J’ai voyagé dans plusieurs pays. Plus tard, je me suis mariée avec un ingérieur et petit à petit, on a réussi à monter l’échelle jusqu’à atteindre un certain niveau. Sans mentionner la belle maison, la voiture allemande, les sacs de marque et tout le reste. Au fond de moi, je n’étais pas heureuse. L’amour avait quitté notre foyer depuis plusieurs années. La chaleur humaine n’y existait plus. On ne se touchait plus. Je fânais au fil des jours. Les sorties, les objets matériels, le magasinage…ne comblaient plus mon coeur. Je n’avais pas le plus important. J’ai renoncé à cette vie d’aisance pour ce qui est plus important. La liberté d’être moi. De pouvoir vivre mes valeurs.

Depuis, je m’épanouis et je chemine. Je n’ai plus les mêmes moyens financiers qu’avant mais je suis plus heureuse. Peu me rend heureuse. Un coucher de soleil qui fait vibrer mon âme. Une randonnée en montagne où je ressens une connection spirituelle avec l’univers. Une discussion philosophique avec un/une ami-e qui me fait plonger dans la profondeur de la vie. Une étreinte qui comble à tous les niveaux. L’amour inconditionnel de mes enfants. L’appréciation de mon entourage…

J’ai grandi en cheminant. Ce que j’ai atteint à ce moment de ma vie est le résultat d’un travail acharné sur moi-même. J’ai appris à sonder mon coeur. J’ai gratté la surface de mon âme, rouillée par le matériel et le superficiel de la vie afin de dévoiler son essence et sa brillance. Je ne me fie plus aux apparences du gazon vert chez le voisin. Je regarde plutôt ce que j’ai. Je l’apprécie davantage et je le développe par toutes les expériences que je vis, l’amour dont mon coeur est capable d’offrir et le bonheur d’en recevoir. C’est tous ses moments partagés avec les autres dans l’amour et l’empathie qui font de nous de meilleures personnes. De personnes plus heureuses…

Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez vous…(Temps imparti entre copines #1)

Voici le début d’une série de textes que je vais écrire en synchro avec mon amie d’outre-mer Maud. C’était son idée de partir avec le même titre, une fois par semaine, en le choisissant à tour de rôle. Le challenge est d’écrire le texte en 30 minutes en laissant libre cours à son imagination. Le choix du titre pour cette semaine est juste parfait. Bloguer m’a permis de croiser le chemin de Maud. Malgré la distance et le décalage horaire, une amitié complice est née entre nous deux. Est-ce le jeu du hasard? Non…

Le hasard, je n’y crois pas. Il n’y a rien qui arrive pour rien dans la vie. Toutes ces personnes qui croisent ton chemin, à chaque moment de ton existence sur cette planète, sont là pour une raison, pour un but. Des fois, pour t’apprendre une leçon et d’autres fois, pour embellir ta vie et agrémenter ton quotidien.

Il y a un plan pour chacun et chacune d’entre nous. Les personnes qu’on rencontre sont là pour mettre ce plan à exécution. Elles ne s’y trouvent pas par coincidence. Elles ont été destinées à surgir à tel ou tel moment. La question existentielle est de savoir « Pourquoi elle et maintenant? ».

Sur le coup, on n’y pense pas. On se s’y rend même pas compte. Avec le temps, les pièces du casse-tête, une par une, tombent au bon endroit et il commence à prendre forme, à avoir plus d’allure. On réalise que la présence de cette personne dans notre vie avait un rôle précis à jouer. Un rôle qui peut être positif ou négatif mais qui n’est absolument pas le fruit du hasard.

Dans ma vie, depuis 41 ans, j’ai rencontré du monde. Des fois, je comprenais le pourquoi assez rapidement. Je me rappelle encore de ce matin, je prenais l’ascenseur pour me rendre au 30ème étage où se trouvait mon bureau. Je n’étais pas dans mon assiette ce matin. J’avais passé une mauvaise nuit et j’étais à fleur de peau, le coeur lourd. J’ai embarqué dans l’ascenceur et avant que les portes ne se ferment, j’ai vu un jeune homme se presser pour embarquer aussi. J’ai bloqué la porte pour lui permettre d’y entrer. Il m’a adressé le plus beau des sourires et m’a dit merci. Il a débarqué avant moi et a pris le temps de me souhaiter de passer une « magnifique journée ». Cet homme n’était pas dans cet ascenseur par hasard. Son rôle était d’égayer ma journée. En effet, il a fait ma journée. Depuis, j’ai pris l’habitude de dire bonjour et bonne journée dans l’ascenceur, du coup quelqu’un aurait besoin d’un rayon pour changer le cours de sa journée.

Je crois en la connection spirituelle entre les personnes. Cette connection fait en sorte qu’elles se rencontrent, qu’elles se croisent. Pourquoi ça clique avec telle personne mais pas avec l’autre? Pourquoi la télépathie existe-t-elle? Dans mon cheminement spirituel, j’ai appris à détecter ces signaux et à leur accorder une grande importance dans ma vie. Je décortique et j’analyse ce qui me lie aux personnes autour de moi pour comprendre le message envoyé à travers leur présence, le rôle pour lequel elles sont là. Le rôle que moi je joue ou dois jouer dans leur vie. Car c’est réciproque.

Chaque rencontre est un rendez-vous planifié. On est destiné l’un à l’autre d’une façon quelconque. Il reste à le déplier comme on déplie un Papyrus pour déchiffrer le message écrit.

Cette sensation étrange qu’on a des fois en rencontrant pour la toute première fois quelqu’un. On a l’impression de l’avoir connu. Mais on est incapable de mettre le doigt dessus. Nos âmes se reconnaissent et se parlent. Et ça ce n’est pas le hasard! C’est le destin car « ce qui nous est destiné, finit par nous rejoindre. » On est du pour se retrouver. C’est un rendez-vous et tout l’univers s’accorde pour qu’il se réalise.