Catégorie : Journal intime

Les moments de doute

Un jour sous le signe du doute, de la peur, de l’incompréhension. Cette fragilité qu’on pense surmonter avec le temps vient nous rappeler que le combat n’est pas fini. Le combat est omniprésent avec chaque nouvel aube. Il accompagne chacun de nos pas vers le bonheur.

Il y a des jours où tout semble parfait. Facile. Simple. Il y a d’autres où le simple fait de sortir de son lit est un effort, une corvée. Les vents tumultueux de la vie peuvent provoquer les pires des vagues dans notre âme et dans ce cas, surfer devient quasi impossible. On a l’impression de couler au fond de nous-mêmes. Mais aucun sauveteur n’y peut rien. On est notre propre sauveteur. Personne d’autre. À quel point peut-on nous tendre la main pour nous aider à refaire surface afin de prendre une bouffée d’oxygène? Ça dépend des jours.

On est des humains donc des êtres faits d’émotions. Avoir peur, être fatigué, vouloir se réfugier dans son petit monde réconfortant, s’ouvrir à l’autre, pleurer…toute une gamme de réactions parfaitement humaines. Nous avons toujours le choix de la réaction vis-à-vis les moments les moins faciles mais des fois, on n’a juste pas envie de choisir. On est tellement submergés par la marée haute qui saisit notre âme que tout ce qu’on veut c’est un rayon de soleil qui vient réchauffer notre coeur en bandoulière.

Je me mets souvent en question lorsque je vis ce tumulte dérangeant à l’intérieur de moi. Je me juge un peu trop sévèrement des fois, même si je sais que je n’ai pas le contrôle sur l’intensité et la direction des vents. Ma nature sensible est la cause de ce retrait émotionnel vers l’intérieur. Je me cache dans ma bulle sécure le temps que le bruit diminue. Ensuite je m’ouvre à nouveau. Avant, je refusais ce trait de ma personnalité. Aujourd’hui, je l’accepte, je le comprends mieux et je l’assume. Ce retrait me permet de maîtriser mes émotions et d’en faire abstraction dans le but de m’ouvrir à nouveau vers l’extérieur. Heureusement, ce n’est pas long avant de retourner dans le moment présent et être dans l’action.

La vie n’est pas rose tout le temps malgré ma joie de vivre. Par contre, je carbure sur l’espoir et l’optimisme. Je sais bien qu’il nous faut de la pluie et du soleil pour voir les couleurs pastels de l’arc-en-ciel. Je sais. Mais c’est un de ces soirs où l’on a besoin d’une étreinte affectueuse, d’un sourire réconfortant et de la chaleur d’un corps contre le notre. Une présence humaine quoi. On a beau être fort, indépendant, en contrôle, reste que notre besoin en amour (aimer et être aimé) est un besoin primaire. Je détiens un coeur rempli d’amour en attente d’être pris par un autre coeur rempli d’amour. Je sais que tout peut être forcé, sauf l’amour. Il débarque à l’improviste lorsqu’on s’y attend le moins. On ne peut diriger son cours. Il s’empare de tout notre être pour nous purifier, nous faire vibrer, frémir et nous ébranler sans qu’on puisse riposter. Un amour démesuré. Immodéré! Oui je sais.

Demain, ce sera un autre jour. Il ventera peut-être moins ou pas. Peut-être plus, qui sait!

 » L’important est d’Être Troublé, d’Aimer, d’Espérer, de Trembler, de Vivre.  » Auguste Rodin

L’inconnu que j’attends

Après chaque rupture ou déception, je me suis demandée si l’autre pensait un peu à moi, s’ennuyait juste un peu de moi. Si j’étais difficile à oublier. S’il me classait rapidement dans son archive de conquêtes amoureuses.

L’idée me hantait, voire me perturbait. Comme je l’ai déjà mentionné auparavant, chaque personne qui passe dans notre vie y laisse son empreinte. Il y laisse un peu de lui. On devient un “patchwork vivant” de toutes ces histoires terminées. Ou laissées sans point final, en suspens dans l’espoir qu’un jour, dans une autre vie, elles se transforment en une légende d’amour sans pareil.

Bon, j’exagère un peu là pour la légende.

À chaque fois, je souhaitais que ce soit la dernière. Qu’il soit celui que j’ai toujours attendu et voulu être en amour avec. Qu’il soit celui qui m’aimerait à la folie, qui crierait sur tous les toits que je suis la femme de sa vie. Qu’on puisse écrire ensemble notre nouvelle histoire et créer une vie à notre image.

J’ai tant espéré qu’il soit lui, mon partenaire, mon ami, mon complice, mon confident, mon Nord et mon point de repère. Qu’il tombe en amour avec mes défauts et mes imperfections. Que ma tête souvent dans les nuages l’amuse et le fasse sourire. Qu’il me rassure lorsque je suis prise de doute. Qu’il me réconforte quand la peur s’empare de moi. Et quand j’ai l’envie de m’enfuire, qu’il me prenne dans ses bras et me dise qu’il tient à moi. Qu’il veuille se battre pour que ça fonctionne et ne désespère pas lorsque je désespère. Qu’il ne perde pas confiance que ça peut fonctionner entre nous. Qu’il sache apprécier ma douceur, rire à mes blagues et se délecter de mes petites folies. Qu’il croie aux deuxièmes chances et au pardon. Qu’il accepte que je veuille être toute seule dans ma bulle des fois et qu’il m’attende, patiemment, à bras ouverts, que je revienne vers lui. Qu’on rie aux éclats, qu’on se chatouille, qu’on se colle tendremement.

J’avoue ne pas avoir aimé comme il faut, des fois, mais je n’ai pas été aimée non plus comme il le faut, d’autres fois. Le timing aussi a joué contre nous. La distance n’a pas été clémente non plus parfois. Mais j’ai toujours cru que ce qui nous est destiné finit par nous rejoindre. Ce n’est qu’une question de temps. Le timing pour que les astres s’alignent et que Vénus approuve le choix!

Je ne veux plus de ces mâles alpha qui veulent s’imposer et me faire sentir que je suis chanceuse d’avoir leur attention et affection. J’ai vécu avec un pendant 14 ans. Ce n’est plus ce que je veux pour le restant de ma vie. La douceur d’un homme, son affection, sa compréhension c’est dont je veux et j’ai besoin dans ma vie.

Un macho, c’est génial à 20 ans. Mais à 40 ans, c’est un homme mature, authentique, sûr de lui-même. Un homme qui dégage de la confiance et qui inspire la sécurité à ses côtés. Qui tombe encore et encore en amour avec moi. Qui me respecte et me considère comme un être humain à part entière. Simplement, un homme capable de douceur comme de fermeté et de solidité.

« Avec certains êtres, très rares, il faudrait ne pas parler. Il faudrait tout de suite être dans les bras, caresser le visage, les paupières, les joues, les lèvres, les effleurer d’un doigt, lentement d’abord, puis dans un baiser, passionnément. S’embrasser. S’étreindre. Les mots sont inutiles. Les mots viendraient plus tard confirmer ce que les corps ont su dès les premiers instants. » Laurence Tardieu

Puis c’est comme ça…

On m’a conseillé de ne pas trop m’exposer. De ne pas me mettre autant à nu car ça compromet tout début d’une « relation ». Ça met en danger mon image.

Mon point de vue est différent. Si parler en toute transparence, si être authentique et vraie compromet. Je suis partante. Je n’ai pas peur de m’exposer, encore moins d’être moi-même, sans filtre, sans voile. Notre monde est devenu trop fake, trop apparences. On veut bien paraître. On veut montrer une vie parfaite. Le couple parfait. Les enfants parfaits….alors qu’en vraie vie, on est loin de l’être!

——————————————–

Il y a des jours plus difficiles que d’autres où l’on a l’impression de reculer au lieu d’aller de l’avant. Encore pire. Il me semble que tous les mini pas faits vers l’avant n’ont servi à rien. Peine perdue. Je retourne à la case départ, à la première marche de l’échelle.

Ce soir, l’envie de jouer à la femme forte et invincible ne me tente vraiment pas. Les fantômes du passé me hantent à nouveau. Le doute regagne mon cœur fragilisé par la douleur que la vie m’a imposée contre mon gré. Je n’ai pas l’énérgie non plus de me battre contre mes peurs et mes appréhensions. Je les laisse gagner du terrain cette fois-ci.

Ce que j’aimerais, ce soir, un câlin rempli de tendresse. Une caresse effaçant ma tristesse et apaisant mon angoisse et mes doutes. Un regard affectueux me ramenant en douceur au moment présent. Je ne veux pas me perdre dans ma tête mais plutôt me retrouver dans mon cœur.

Le manque de sommeil et la fatigue n’aident pas ma cause. Mille et une pensées mijotent la nuit à l’intérieur de mon cerveau et font jaillir une gamme d’émotions me laissant perplexe face aux questions existentielles de la vie. Ma vie. Pourquoi la nuit? Putain, pourquoi?!

Je commence à apprécier ma vie de célibataire. Le calme, le prévisible qui viennent avec. J’ose croire que c’est l’âge. Les premiers signes de vieillissement? Aucune espèce d’idée!

Et pourtant, je ne suis pas prête à renoncer à mon cœur bohémien. Un peu fou. Un peu indépendant. Trop saumon, aux gênes sauvages. Mon coeur qui veut aimer et être aimé…

Je suis faite pour ressentir les vagues qui agitent mon âme. De sentir tout mon être vibrer de vie. Mais c’est quoi ce qui me prend ce soir de vouloir tout lâcher et m’enfermer dans ma petite bulle réconfortante? Rassure-moi, s’il te plaît, dis-moi que tu tiens, un peu à moi. Juste un peu. Ça fracassera ma bulle et me ramenera à toi!

La nuit dernière, j’ai fait à nouveau le même rêve. Je suis laissée dans un endroit qui m’est inconnu et ce visage familier qui me laisse seule et ne se retourne pas à mes appels. Je me suis réveillée avec un sentiment d’abandon et d’extrême solitude. C’était étouffant!

J’ai traîné ce feeling toute la journée avec moi. Je me suis forcée à garder mon sourire habituel et mon air désinvolte, léger, joyeux.

Contre marées et vents, j’ai réussi à passer à travers la journée. Mais le coup de barre je l’ai ressenti en débarrant la porte d’entrée, chez nous. De toute évidence, mon système me parle. Il faut que je pense plus à moi et à mes besoins. Demain, c’est un nouveau jour. Une nouvelle naissance. Un nouveau départ.

Et comme ma confidente et mon amie d’outre-mer me répète souvent, la nuit porte conseil. Couche-toi et ne pense à rien….

« Ne me dites pas de ne pas pleurer. De me calmer. D’être moins excessive. D’être raisonnable. Je suis une créature émotionnelle. C’est ainsi que la terre a été créée. Que le vent continue à polliniser. On ne dit pas à l’océan Atlantique de se contrôler. » EVE ENSLER

https://youtu.be/ItXN84SLxMA

Prendre soin de son coeur

Depuis un certain temps, mon cœur rebelle de saumon a l’air de bien aller. Il s’est ajusté en trouvant sa zone de tolérance.

Malgré tout ce qu’il a dû endurer lors des deux dernières années, il trouve toujours le moyen de maintenir son beat et de s’auto-régénérer. Incroyable comment cet organe simple est si sophistiqué, si complexe et si primordial à notre survie.

Il y a eu des moments où je pensais que la douleur allait le faire faillir. Une douleur émotionnelle accablante et perturbante. Elle est physique car on la ressent autant que n’importe quelle autre douleur et même plus.

Une sensation que le cœur est sur le point de déchirer notre poitrine et partir loin…

C’est violent!

Heureusement, cette douleur est éphémère. Elle diminue au fil des jours et finit par se dissiper.

Lors de mes pires déceptions amoureuses, je pensais que mon cœur allait me lâcher.

Il ne l’a pas fait. Son mécanisme de survie était aussi fort que la vie. D’après Nietzsche, « ce qui ne tue pas, rend plus fort ».

Les expériences douleureuses sont utiles voir nécessaires à notre dévelopment personnel. Elles font accroître notre force morale afin de pouvoir faire face à la vie avec plus de confiance et de contrôle.

Naturellement, je ne peux qu’approuver!! La preuve? Je suis encore là et plus solide émotionnellement qu’avant. La nouvelle MOI est plus forte, surtout plus résiliente!

Je me remets désormais plus rapidement des déceptions! La douleur demeure mais moins longtemps. Tu pleures un coup. Tu t’essuies les larmes. Tu te remets debout. Et puis tu t’en fous. Ta carapace finit par prendre de l’épaisseur pour te protéger.

À un moment donné, je m’en rappelle bien encore, je me maquillais les yeux avant de sortir travailler. J’ai vu le reflet d’une étrangère dans le miroir.

Mon cœur a pris plein la gueule en réalisant que c’était moi. Elle avait un regard fade, vide de vie. Cette étrangère n’était autre que ce qui restait de moi. Ce choc était positif car beaucoup de décisions et d’actions en ont découlé depuis dans le but de me retrouver.

Aujourd’hui, grâce à mon cheminement, je suis en paix avec moi-même. Je n’ai pas retrouvé mon ancienne moi, ce qui est parfaitement normal.

Je ne suis plus cette fille. Je suis qui je suis devenue aujourd’hui. J’aime mieux cette nouvelle version de moi qui est plus forte, plus zen, plus cérébrale, plus déterminée et plus joyeuse. Avant, je disais oui quand je voulais dire non.

Je passais l’intérêt et le bien-être de tout le monde avant les miens. Même des fois aux dépends des miens.

Personne ne viendrait te dire que tu devrais penser en premier à toi. On finit par prendre ce que tu fais aux autres par acquis. On développe des attentes envers toi. Tu te mets de la pression pour être à la hauteur de ces attentes.

Tu t’oublies. On t’oublie. Tu deviens ce que tu offres inlassablement.

Heureusement, j’ai brisé les chaines qui ont aliéné pendant de longues années la femme que j’étais. C’est hors de question d’accepter à nouveau ce que j’avais accepté dans le passé. Mon saumon sauvage ne se transformera jamais en un saumon d’élevage.

Mon cœur n’est plus susceptible d’être facilement manipulé car il a appris à la dure ce que c’est et il en a souffert.

Désormais, j’en prends bien soin sans nécessairement l’empêcher de s’ouvrir à l’amour, au vrai. Celui dans lequel je m’épanouis, j’éclos comme une rose méditérranéenne au printemps. Un amour sain tout simplement.

« J’ai souvent pensé que ma capacité à souffrir était égale à ma capacité d’aimer. Que chacune de mes larmes répondait à chacun de mes rires. Que chacun de mes tourments répondait à chacune de mes convictions. Que chacune de mes craintes répondait à chacune de mes certitudes. Que ma peine glorifiait ma joie. Que ma défaite honorait ma victoire passée. En perdant, j’ai appris à reconquérir, non l’autre, mais toutes les parts de mon coeur pulvérisé. « Nina Bouraoui, Beaux Rivages

Poème coquin

Je ferme les yeux, tu es presque là,
Je ressens la braise de ta passion de l’au-delà.
Ton étreinte remplie d’amour me comble,
Ta voix chuchotant mon nom me fait fondre
Loin! mais proche en pensée, tu fais naître ma volupté.

Tes va-et-vient imaginaires en moi
Me laissent en total émoi
Chaque mouvement de ton bassin contre le mien
Déclenche un tourbillon de folles sensations, me fait du bien
Et s’empare de ce qui reste de ma lucidité.

Tes mains s’aggripant fort à mes hanches
Pour augmenter mes frissons en avalanche.
Mes lèvres pulpeuses cherchant les tiennes
Ton regard plongeant dans mes prunelles châtaigne
Les enveloppant d’une tendre sérénité.

Je veux ressentir tout ce que tu ressens,
Je rêve de voir monter ton désir tout doucement
Contempler ton intense plaisir que mon corps voudrait t’offrir
Serait mon plus beau cadeau de l’éternité.

Délires de nuit

img_7610

L’envie de me vider le cerveau et le cœur de tout ce qui y trotte est toujours omniprésente en force.
De déverser sur un bout de papier mon fiel ou ma joie.
Un besoin primordial dans ma vie.
Cependant, je souffre d’un blocage émotionnel frustrant depuis quelques jours. Les mots sont prisoniers de ma gorge et me pèsent sur la poitrine.
Même dans les temps les plus durs, ce n’était pas pareil. Une coquille est entrain de se construire.
Mon besoin de survie a décidé d’embarquer afin de protéger ce qui reste fonctionnel de mon cœur.
Cette idée me trouble profondément. Je commence à réaliser que je m’endurcis : une célibataire endurcie!!!
Ça me fiche ROYALEMENT la trouille.

Je le vois clairement. Je peux désormais tourner la page aussi rapidement que l’ouvrir.
Ces derniers jours, j’ai tenté de prendre du recul pour sonder mon cœur. Pour essayer de comprendre cette nouvelle attitude de ‘nonchalance’ à la puissance 110 ou 220 et de lâcher prise à la vitesse de la lumière.
Le mot d’ordre est « DÉCEPTIONS » avec le ‘s’ du pluriel. Les déceptions nous gèlent les émotions et nous rendent indifférents, plus froids, plus refermés sur nous-mêmes.

Dire au revoir devient aussi banal que n’importe quoi.
On se regarde dans le miroir et on se demande où est passé l’étincelle qui illuminait notre regard devenu terne et fade avec le temps…et les déceptions.

Non et mille fois non!!!
Je ne pourrai jamais permettre à cette froideur de pénétrer dans l’intimité de mon être au point de me rendre amère et presque métallique.

Je prêche l’amour sur les tous les autels. Je m’abreuve d’amour au quotidien.
Comment pourrais-je alors devenir un être aigri de la vie? Déçue, oui et beaucoup, aigrie, non jamais!!!

Ça m’arrive de perdre les pédales à cause de tous ces visages oubliés qui ont laissé leurs empreintes profondément incrustées dans mon âme.
Lorsqu’on tombe en amour, on abat les barrières et on dépose nos défenses. ‘Nous laissons entrer, au coeur de ce que nous avons de plus vulnérable en nous, l’imprévisible de l’autre’.

« Il n’y a rien de plus important en Amour que d’accepter la fragilité de l’autre : c’est ce que j’appelle la Douceur. Et rien de plus important dans la Sagesse, que d’accepter sa propre fragilité, c’est ce qu’on appelle l’Humilité. »
André Comte-Sponville

Je ne vivrais plus dans la revendication du bonheur. Je le laisse venir à moi tout en cheminant dans la vie.
En s’ouvrant à tout ce que la vie a à m’offrir. Tout sert de leçon. On apprend à se connaitre et à savoir ce qu’on veut.
J’ai longtemps eu des attentes, d’où mes déceptions. Désormais, je ne veux plus être victime de mes attentes. Simplement accueillir l’inattendu comme un cadeau, tout en étant reconnaissante.
Bon, fiou, là je peux m’endormir en paix après avoir fait le point avec moi-même.