Catégorie : Histoire

Aller au bout de mes rêves

Je suis une rêveuse. Je l’ai toujours été. Depuis mon plus jeune âge, je m’évadais loin dans ma tête. Je rêvais de grandes villes, de gratte-ciels, d’édifices aux grandes colonnes sculptées, de limousines, de tailleurs chics et de talons hauts.

Je rêvais en parallèle d’aller faire le tour du monde en sac à dos, coucher dans les hôtels de jeunesse, faire le pouce pour voyager d’une ville à l’autre. Découvrir de nouveaux pays, apprendre sur de nouvelles cultures, échanger dans la rue avec les habitants de chacune des villes, goûter à leur cuisine, vivre leur mode de vie le temps de mon séjour parmi eux.

Je rêvais de devenir guide dans les Himalayas et vivre parmi les sherpas pour pouvoir m’abreuver au quotidien de la beauté sauvage de cette montagne et du silence absolu dont mon âme a besoin pour se ressourcer.

Je rêvais de mers à l’eau turquoise, de plages aux coquillages nacrés, de forêts et de clairières, de lacs, de champs de fleurs à perte de vue, d’horizons bleu marine, de couchers de soleil à la couleur des fleurs de grenadiers.

J’ai l’âme d’une gitane et le coeur d’un saumon sauvage. Jeune, la lecture me permettait de m’évader à ma guise et l’écriture d’écrire mes évasions mentales au bout du monde. À la fin de mes études secondaires, je savais déjà dans quel domaine je voulais étudier. Et en rencontrant une conseillère en orientation, j’ai eu la confirmation que j’étais bel et bien sur le bon chemin : Science politique et administration publique avec une mineure en relations internationales. J’avais le profile pour ça. Je rêvais de devenir ambassadrice!!! Un très grand rêve pour une fille de 17 ans.

J’ai passé avec succès l’examen d’entrée pour l’Université Américaine de Beyrouth. Une des plus prestigieuses universités de la région, une « chef de file » des établissements éducatifs. De plus, j’ai obtenu une bourse qui couvrait 50% de mes frais de scolarité pendant toute la durée des études. À ma deuxième année, j’ai obtenu une deuxième bourse qui couvrait les 50% qui restaient. J’ai pu donner un répit de paiement d’un an à mon père.

Au moment où j’ai obtenu mon BAC, un concours de la fonction publique libanaise s’était ouvert pour engager des employés au ministère des affaires étrangères et notamment dans les ambassades et consultats libanais autour du monde. C’était la carrière dont je rêvais. Ma chance enfin arrivée! Je postule. On accepte ma candidature pour passer le concours. L’examen psychologique (oral) à faire passer aux candidats, par un jury de 20 personnes, était la première étape du processus. À ma grande surprise et joie, je l’ai réussi. Je m’approchais un pas de plus de mon but. Le deuxième examen, c’était l’écrit. Au moment où je commençais à me préparer, j’ai rencontré (ou recroisé) un homme (qui était un camarade d’école perdu de vue). Le courant est passé assez vite entre nous, les papillons et tout le kit. J’ai perdu ma concentration et mon intérêt s’est retrouvé ailleurs que sur mon examen. Je l’ai coulé naturellement mais j’ai réussi à avoir le coeur de ce beau gars qui faisait battre des coeurs autour de lui.

Mon choix était fait : j’ai accepté de fonder une famille avec lui. Mon rêve était tassé. Il revenait de temps en temps mais je le retournais dans sa tanière. Ma famille était ma priorité. Au fond de moi, j’étais insatisfaite. Il y avait une graine qui essayait de germer. Une chrysalide qui voulait sortir et se faire des ailes. J’étouffais silencieusement. Je n’ai pas pu obtenir la carrière de ma vie et ma vie familiale se dégringolait. 14 ans plus tard, plus de famille unie, plus de rêves. Mon mariage était officiellement fini. Impossible de ressusciter un mort. J’ai quitté ma maison, mon mari et tout ce que j’ai bâti pendant de longues années. Du jour au lendemain, je me suis retrouvée seule avec trois enfants à raison d’une semaine sur deux. Je suis devenue une maman à temps partiel ou encore une maman monoparentale. C’était le 1er juillet 2016. La journée du déménagement dans notre belle province. C’était aussi la fête du Canada. Un jour assez mémorable dans ma vie!

Plus d’excuse, le rêve n’attendait qu’à fleurir. Un concours de la fonction publique m’a menée dans un nouveau ministère et m’a permis d’obtenir une promotion. Ce qui m’a aidée à améliorer ma situation financière de femme célibataire ayant la garde partagée de ses trois enfants.

Ce n’était pas assez pour satisfaire mes ambitions. J’étais encore loin de ce qui correspondait à mes aspirations professionnelles. J’ai vu de nouveaux concours qui m’intéressaient. J’ai soumis ma candidature, je les ai passés et…les trois concours RÉUSSIS!!! Mais ce n’était pas tout. Un de ces trois concours était celui de mon ancien rêve. Celui que j’ai laissé tomber au Liban il y a 16 ans. J’ai réussi le concours de « Conseillère en affaires internationales ». Le volcan latent en moi s’est réveillé. Ma chrysalide s’est métamorphosée en papillon aux ailes fortes, capable de voler haut. Mon saumon sauvage est retourné à la source, contre vents et marées, et à contre courant.

J’ai toujours su qu’à l’intérieur de moi, il y avait un feu qui ne dormait jamais. Des fois, il me brûlait et d’autres fois, il me réchauffait. Avec le temps et les expériences de la vie, j’ai appris à le dompter et à le doser. C’est grâce à ce feu-là que je vis à la puissance 220, que je vibre aux rythmes de la vie et que je rêve sans limite. On dit que si « tu peux le rêver, tu peux le faire ». Je l’ai rêvé et je suis sur le point de récolter les graines que j’ai semées au cours de ma vie. Il n’y a rien qui m’arrêtera, rien qui me fera peur. J’ai surmonté les pires des peurs. Je me suis battue pour des acquis que je devais avoir naturellement. Je me suis battue pour être là, aujourd’hui : une femme forte, heureuse, épanouie et en contrôle de sa vie.

C’est le modèle que j’offre à mes enfants. Mes valeurs aussi. Il ne faut jamais rien prendre pour acquis. Notre bonheur, on le fait nous-mêmes. On trace notre destin à travers chaque geste qu’on pose au quotidien. On doit être visionnaire, rêveur mais aussi proactif. On doit faire confiance à la vie et à nos propres moyens aussi.

Les morceaux du puzzle tombent à leur exacte place. Mon chemin se pave pour me conduire vers une belle destination. Je retire les entraves et les bâtons qui bloquaient mes roues et avec toutes les pierres qu’on m’a mis en cours de route, je suis entrain de bâtir une passerelle, drette vers mon rêve….

L’homme sans nom, sans visage

Elle a rêvé de lui. Elle l’a rêvé, lui l’homme sans nom, sans visage qui hantait son sommeil et son réveil. Elle, la fille rêveuse, la romantique, le saumon sauvage qui vit sur son petit nuage argenté.

Dans son rêve, il était celui qui l’aimait d’un amour démesuré, d’un amour qui n’a jamais existé que dans ce même rêve qu’elle avait. Elle aimait le regarder dormir paisiblement, l’entendre respirer doucement, le voir bouger et changer de côté dans son sommeil. Il aimait l’envelopper de ses bras forts qui la faisaient sentir en sécurité. Elle adorait s’engourdir par sa chaleur réconfortante avant de lâcher prise et se laisser aller dans le monde des rêves.

Cet homme sans nom, sans visage était son Nord, son roc solide, son repère. Elle savait que si elle trébuchait, sa main était là pour la relever. Elle pouvait compter sur lui. Plus rien ne lui faisait peur. Plus rien ne pouvait l’atteindre.

Cet homme sans nom, sans visage, était capable de douceur infinie malgré sa virilité déroutante. Il était rempli d’affection et ne s’empêchait pas de la lui donner généreusement. Il ne voyait qu’elle. Elle, sa perle, son trésor à lui. Elle ne voulait que de lui. Lui, son rayon de soleil, son bonheur et son fou rire.

Il était sans nom, sans visage mais il était tout son monde imaginaire. Le seul qui pouvait la faire vibrer, s’émouvoir, frissonner. Il la comprenait et l’acceptait comme elle était. Ses petits défauts l’amusaient. Ses imperfections la rendaient parfaite à ses yeux. Il lui disait qu’elle était la plus belle, la plus douce, la plus affectueuse. Elle s’amusait à le décoiffer, à caresser son beau visage, à tracer avec son index la forme de ses traits qui faisaient battre son coeur la chamade. Elle se noyait dans son regard à la couleur du ciel. Elle collait son oreille contre sa poitrine pour entendre son magnifique coeur tambouriner d’amour.

Il était drôle avec un brin de sarcasme que elle, seule, comprenait et savourait. Il comblait sa vie, il comblait ses rêves. Il était sans nom, sans visage mais il était tous les hommes de la terre. Il portait tous leurs noms, tous leurs visages…

Puis un matin, en se réveillant, elle voit son visage et découvre son nom. L’homme sans nom, sans visage avait le plus doux des noms et le plus beau des visages. Elle n’a plus besoin de le rêver. Elle n’a plus à imaginer son sourire radiant, ni à se blottir imaginairement dans ses bras. Il est la réponse à toutes ses prières. Sa vie ne sera plus jamais pareil. Et elle ne sera plus jamais seule…l’amour prend soudain tout son sens…

À la quête du St-Bonheur…

img_4396
À 19 ans, elle vécut sa première déception amoureuse lorsque le garçon qu’elle aimait depuis le primaire, donc son premier amour, a pris la décision de quitter vers les États Unis pour y faire ses études universitaires.
C’était dévastateur pour elle. Elle se rappelle encore, avec un pincement au coeur, le moment où il tourna le dos et prit le couloir vers la salle d’attente à l’aéroport. C’était juste un moment avant qu’il ne se morfonde dans la foule des voyageurs qui laissaient à leur tour, derrière eux, une mère en pleurs, un père déçu, un ami triste, une amoureuse en désespoir…mais ce moment était des plus longs de sa vie, elle sentit la terre cesser de tourner…comme si on a mis sur pause toute une vie!

L’image l’a hantée longtemps. Elle s’était sentie trahie dans ses rêves de jeunesse, dans ses ambitions de construire une vie avec lui. Lui qui lui a souvent dit que rien ne les séparerait. Leur histoire d’amour innocent était digne d’un roman.
Il s’était trompé!

La nuit où il a quitté le bled, elle est allée chez eux, s’est réfugiée dans les bras de sa mère, qui aussi, avait le coeur en lambeaux de voir partir sa progéniture vers l’inconnu, pour ensuite aller se coucher dans son lit avec des larmes chaudes qui brûlaient ses joues et une sensation de suffocation dans la gorge et la poitrine.

Bref, de longues années se sont écoulées depuis cet adieu douleureux et la vie a repris son cours normal pour chacun des deux. Ils ont fait leur vie avec différentes personnes, se sont mariés, eurent trois enfants chaque et se sont séparés tous les deux.

L’ironie de la vie!

Mais cette histoire d’amour dont parlaient tous les élèves et professeurs de leur école et qui était l’objet de jalousie et d’envie de tous s’est transformée en une belle amitié complice. Il était devenu son confident et elle, sa confidente. Il l’a soutenue moralement lors de sa séparation. Il lui répétait sans cesse comment elle était forte, qu’elle était une vraie battante et qu’il était fier de ce qu’elle représentait, qu’elle était toujours « the top one girl »…

Là, avec tout ce qu’elle vit, ses hauts et ses bas sans relâche, elle pense à ses mots, redresse alors la tête, ajuste sa couronne et avance.
Peu importe sa destination finale, elle veut avancer, elle veut être heureuse….Elle sait bien que pour être heureux, ça devrait venir de l’intérieur. Personne n’est responsable de notre bonheur sauf nous. On a cette clé et on devrait la conserver précieusement proche de notre coeur. Jamais la confier à qui que ce soit!

« Le bonheur vient de l’intérieur et non de l’extérieur, car il ne dépend pas de ce que tu possèdes; Il dépend de ce que tu es! »

Du moment où l’on trouve ce bonheur interne, on le trouvera par la suite en compagnie des autres. Elle est consciente de cette vérité et elle est en quête de ce bonheur et de l’harmonie entre son coeur et sa tête.

Des fois, elle bute douleureusement contre les coins de la vie quotidienne, se fait et fait mal, pleure, essuie ses larmes et poursuit son chemin.

Beaucoup l’ont déçue et elle a déçu beaucoup aussi. Mais, elle ne perd pas espoir qu’un jour la vie la compensera ou récompensera pour toutes les pertes qu’elle a eues.

Pour le moment, il y a du chemin à faire et ça risque d’être long. À force de déception, on devient plus sournois, moins ouvert au niveau des ressentis et plus facile à laisser tomber. On ne veut simplement plus de cette douleur à l’âme. La définition du bonheur change et devient un « moment » où l’on est bien. Rien de plus, rien de moins.
« Le bonheur est un moment! » Voilà!

C’est certain que le chemin se fait mieux à deux. Le poids est supporté par les deux! Mais des fois, il faut faire ce bout tout seul pour le comprendre mieux et apprendre à se connaître mieux.

Hier, elle planait dans les airs (littéralement et métaphoriquement), aujourd’hui elle touche au bas fond du désespoir et de la déception. Ça fait partie de son cheminement et elle l’accepte.

Peut-être planerait-elle à nouveau prochainement, qui sait? Pour le moment, une bonne sieste lui fera un bien fou. À son réveil, elle repart à neuf!