Bleu du ciel, bleu d’espoir

Au milieu des hautes vagues qui jouent avec mon coeur, je vois un point de bleu qui m’invite à m’accrocher tel qu’un phare en plein milieu de la tempête. Un beau bleu qui diffuse une lueur de calme et de sérénité telle qu’une douce chaleur qui réconforte, la même douceur qu’on ressent dans les bras de sa mère. Je m’accroche car je n’ai pas d’autres choix.

J’ai parcouru un bon bout et j’ai réussi à surmonter toutes sortes d’entraves. Je suis fière de moi. Mais je suis fatiguée. Je sais que ce n’est pas le moment de baisser les bras et je sais que ce qui brille à l’horizon est plus beau. Pas juste d’apparence. Il est véritable aussi.

Des fois, il m’est difficile d’y croire à cause des déceptions à répétition. Je me chuchote que c’est trop beau pour être vrai. Mais il l’est. Il faut accepter que je le mérite. Quand on a longtemps été sous l’emprise de la manipulation émotionnelle, on a tendance à croire que tout le mal est de notre faute, qu’on ne mérite pas d’être réellement heureux. Combien de fois je me suis sentie coupable à cause des malentendus, des prises de bec et des chicanes. Dans les longs moments où je me suis barricadée dans le silence, je me maudissais et me blâmais d’empoisonner l’ambiance familiale par mon sale caractère. Je suis venue à croire que j’avais un sale caractère pour vrai! On m’a fait porter le fardeau et j’ai accepté le mandat.

Heureusement, c’est du passé. Grâce à l’aide professionnelle, à ma volonté de fer ainsi qu’à mon processus de cheminement personnel, j’ai admis que j’ai droit au bonheur et à une deuxième chance. C’est maintenant mon point de repère. Quand je me perds dans mes émotions, je sors ma pancarte « j’ai droit au bonheur » pour retrouver mon chemin vers le calme intérieur. J’ai droit à une mer calme, bleue turquoise sans vagues, qui scintille sous un ciel bleu sans nuages, une mer dont je rêve et qui ressemble à la Méditerannée ancrée dans mes souvenirs d’enfance.

C’est dur de grandir, voire vieillir. Lorsque je trébuche, je pense à mon père, à sa tendresse infinie et une montée de larmes vient me saisir. Quand la vie me secoue, je pense à lui car il est ma source de réconfort même à des milliers de km. J’ai envie d’être à nouveau sa petite fille et ne plus avoir de soucis car je sais qu’il est là, à régler tous les soucis. J’ai hérité de son grand coeur et de sa persévérance et j’en suis fière. Il m’a équipée afin d’être capable de percevoir le beau bleu du ciel en plein milieu des intempéries cruelles de la vie.

Je sais que cette vague n’est que passagère. Lorsqu’on a le coeur lourd, notre vision est altérée. Mais je sais aussi que tout va bien : L’amour, la famille, le boulot, le plan de déménagement et la nouvelle ville. L’homme de ma vie est l’homme le plus merveilleux qui puisse exister. Il est mon rêve devenu réel. Il est fait sur mesure pour moi comme je le suis pour lui. Je ne me sentirai plus jamais seule. Ensemble, on forme une équipe et on rame dans la même direction. Ma famille, c’est mon bonheur. Quant à la nouvelle job, elle est remplie de défis à mon goût. Le reste est en cours. Je ne peux qu’être reconnaissante pour ces précieux cadeaux!

Le doute est l’ennemi du bonheur. Il n’arrivera pas à s’emparer de ce que j’ai semé en moi. Je le guette et je le chasserai à coup d’épée s’il le faut. Je commence à récolter le fruit de la réussite et de l’accomplissement. Plus de place aux énérgies négatives. Je suis encore fragile à cause de ma grande sensibilité mais pas au point d’être brisée à nouveau. Ébranlée des fois mais plus jamais brisée.

8 réflexions sur “Bleu du ciel, bleu d’espoir

  1. Coucou Dina. J’ai confiance en ton chemin. je sais par expérience que quand on cherche sincèrement, on trouve toujours. Pas forcément ce que l’on avait prévu mais mieux encore. C’est mon expérience ! Dix ans de tâtonnement, de retour sur mes terres anciennes en me demandant souvent ce que je foutais là mais en même temps j’en avais besoin pour dépoussiérer, dix ans de doute, de questions de méditation et soudain au moment juste comme d’habitude, je prends la décision qu’il faut, je dépasse mes peurs et je saute là ou je devais être sans vraiment en être consciente sur le coup ! Et là je retrouve, je retrouve ce que j’avais enfouis au plus profond de moi par peur de la lumière et comme tu le dis parce que comme toi, je ne m’autorise pas la vraie vie, je me crois inapte…et aussi parfois parce que des que la vie pointe son nez, j’ai l’impression que je vais mourir… ce sont des peurs, rien de tangible, c’est encore une façon de me rétrécir. Aujourd’hui, je suis passée de l’autre coté, j’ai trouvé l’amour avec un grand A. Un amour que je n’avais pas su voir il y a 10 ans et que j’avais abandonnée. c’est un Amour global, pas seulement lié à une personne mais à des projets, à un pays, à une famille, un amour qui a beaucoup de sens. Rien n’est parfait car il est loin cet amour ( 6000km) et pas simple à concrétiser mais dans le fond, je suis capable de patienter et de l’enrichir, construire pas à pas car j’ai une confiance que je n’ai jamais eu, un sens, une direction loin devant ( et pourtant je ne suis pas jeune ! ). je doute encore parfois mais je sens au fond de moi cette confiance qui me propulse et qui me fait revenir là ou je dois être. Elle me fait tellement de bien cette confiance. Donc, je sais qua toi aussi tu dois poursuivre et faire confiance à la vie et en toi-même. Mon ami africain me dit souvent que ce qui est facile au début ne dure pas contrairement à ce qui est difficile et que l’on construit doucement mais surement ! Je t’embrasse affectueusement

    Aimé par 1 personne

    1. « Ce qui est facile au début ne dure pas contrairement à ce qui est difficile et que l’on construit doucement mais surement! » ton ami est un homme sage. Quel beau boost en me réveillant. Merci beaucoup. Ton message vient refroidir et calmer mes peurs. Je sais que je suis sur le bon chemin mais arriver à destination c’est plein d’embûches. Comme on dit par chez nous : une chose à la fois. Une embûche à la fois. Hier j’ai fait deux crises de paniques. Je me suis pensée incapable d’y arriver. Je suis dans un différent état d’âme ce matin, et ton message vient alimenter ma passion. Merci ma belle Cathou au grand coeur rempli d’amour et de belles valeurs❤️

      J'aime

  2. Merci pour ce magnifique témoignage pour vos mots emplis d’espoir malgré (ou grâce) à vos fragilités je suis dans le passage d’un divorce, que j’ai amorcé depuis l’année dernière, la veille de mes 50 ans… des moments difficiles de peur d’angoisse à 50 ans, bientôt 51 avec encore une fille en études payantes avec la peur de la précarité dans la solitude avec l’angoisse du lendemain avec le rêve brisé d’un chemin à deux vos fragilités émotionnelles, je les vis aussi la trop-grande-sensibilité, je connais aussi merci pour le bleu du ciel, bleu d’espoir cordialement Margo

    Aimé par 1 personne

    1. Ma chère Margo, vos douleurs et vos peines, chacun des mots que vous avez écrits ou que vous n’avez pas écrits, je les ai sentis. Les trois dernières suite à la séparation, j’ai vécu des montagnes russes épouvantables. Je doutais de tout et de moi en premier. Je n’étais sûre si j’allais m’en sortir avec mes trois enfants (15-13 et 6 ans). Je gérais mes finances au sous près. J’angoissais à l’idée d’en manquer et devoir priver mes enfants de quelque chose. Les larmes que j’ai laissé couler auraient pu remplir des lacs. J’en verse encore (je t’en parle après deux jours très difficiles). Mais j’ai appris au fil des jours à choisir mes batailles, à lâcher prise, à accepter ce que je ne peux pas changer et changer ce que je peux changer. À mettre mon coeur au bon endroit. Je n’ai aucune famille au Québec pour me soutenir. La mienne est à des milliers de km de moi. Personne pour me prendre dans ses bras et essayer mes larmes. La bonne nouvelle, j’ai réussi à me retrouver au milieu de tout ça. Aujourd’hui, trois ans plus tard (ds deux mois), je renais de mes cendres. J’ai rencontré un homme merveilleux et on a décidé de recommencer ensemble une vie de couple avec mes enfants (je l’espère de tout mon coeur car là c’est une bataille judiciaire qui commence sous peu pour obtenir la garde complète). J’ai été acceptée à un nouveau travail dans sa ville et je déménage en juin avec lui. Je ne force rien. Les morceaux du puzzle tombent à leur place naturellement. Le secret? La résilience et la gratitude. La vie nous rend en double lorsque nous lui démontrons notre reconnaissance malgré les difficultés qu’on a acceptées.
      Je vous souhaite beaucoup de courage et d’amour pour pouvoir surmonter ces moments de doute. Merci pour votre beau message, je suis heureuse que mes réflexions sur la vie puissent semer un peu d’espoir et rajouter du bleu serein dans votre ciel💕

      J'aime

  3. « Ébranlée des fois mais plus jamais brisée ». Que cette phrase est belle Dina!
    Je me retrouve tellement dans tes mots. Oui nous avons droit au bonheur avec un grand B, à l’amour avec un grand A. Oui il en faut du temps pour s’affranchir de ce que nous avons vécu et lâcher tout ce qui ne nous convient plus. C’est compliqué et en même temps à chaque pas que nous faisons nous avançons vers un ciel plus clément, une vie en accord avec qui nous sommes et avec ce que notre coeur nous dicte.
    Tu es merveilleusement entourée Dina et cet amour là est plus fort que tout. Il peut chasser les doutes et faire taire les peurs les plus tenaces.
    Hier encore j’écrivais à mon amoureux mes états d’âme, et je lui disais que j’avais encore l’impression de découvrir plein de choses dans cette nouvelle configuration de couple, moi qui ai toujours vécu des relations bancales et qui m’ont beaucoup blessée.

    Nous guérissons doucement, à notre rythme, le tout est de garder au fond de soi tout le beau qui compose notre existence. Et savoir que rien ni personne ne peut changer ça.

    Je t’embrasse bien affectueusement et t’envoie mes plus tendres pensées.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour ma belle Marie. Te lire et échanger avec toi m’a manqué. Je suis dans une grosse transition dans ma vie. Changement de ville pour recommencer une nouvelle vie avec mon amoureux. Nouveau travail depuis premier avril dans sa ville qui est à presque 3 h de route. Le déménagement complet est prévu pour la fin de l’école. Je commence une procédure judiciaire pour avoir mes enfants à temps plein avec tous les désagréments et les peines qui viennent avec. Bref une période transitionnelle pas toujours facile comme dans toute transition. Mais je suis confiante de ce qu’il y a au bout du tunnel. En effet je suis entourée par bcp d’amour. Jamais j’aurais cru que tel amour existe.
      On a plusieurs facettes de nos vies qui se ressemblent, toi et moi. Notre cheminement nous a rendues plus fortes, plus conscientes de ce qu’on voudrait. Ce n’est pas toujours rose mais lorsque tu choisis de focuser sur le positif et de voir les belles choses qui t’arrivent, tu attires le positif davantage. Après tout ce que j’ai pu endurer, rien ne me fera plus peur. Changer de job, de ville, sortir de ma zone de confort ne m’inquiète plus. Je suis mon intuition et j’écoute mes tripes. Je suis rendue là.
      Je t’embrasse et te souhaite une douce nuit💕

      Aimé par 1 personne

Répondre à Allumer les couleurs Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s