Mois : juin 2018

Mon journal de gratitudes #15

Bien que ce ne soit pas dimanche, je ne veux pas omettre de rédiger mon journal de gratitudes. Vaut mieux tard que jamais surtout lorsqu’il y a une dizaine de raisons pour se les rappeler.

Donc les jours se succèdent mais ne se ressemblent pas. Des jours moins évidents que d’autres. Par contre, il faut continuer à trouver des motifs pour être bien quand ça va moins bien. Tirer du positif même des situations qui peuvent nous frustrer. Et refuser de se laisser envahir par la négativité.

Chaque moment qui peut nous procurer du bonheur est à préserver précieusement. Si ces moments n’existent pas alors il faut les créer. C’est ma devise. Je n’attends plus après qui me rend heureuse. JE me rends heureuse en premier. Je l’ai compris il y a quelque temps et depuis, je crée des raisons pour être joyeuse.

Passons à l’important, j’aimerais dire merci à la vie pour :

  • Tous les points forts que j’ai qui me permettent d’être qui je suis et d’investir dans mes ambitions. La chance que j’ai eue de participer à un concours qui pourrait changer le cours de ma vie professionnelle, dans l’éventualité où je le réussisse. Je vais me croiser les doigts pour le reste.
  • La personne (qui va sûrement se reconnaitre s’il lit mon journal) qui voudrait m’aider à réaliser mon rêve d’écrire des chansons. Merci de m’avoir offert de mettre de la musique sur mes mots. Ça me touche plus que tu ne le penses ☺️.
  • La complicité que j’ai développée au fil des jours avec certains et qui met du soleil dans mes journées.
  • La randonnée en montagne en bonne compagnie.
  • Le courage de refuser certains comportements ou certaines paroles blessantes puis le dire.
  • L’amour de mes enfants. Leur affection qui comble mon coeur de mère.
  • Et encore comme à chaque semaine, le toit qui m’abrite, la nourriture sur ma table, la santé et tout ce que la vie m’offre au quotidien.

Je vous souhaite une belle semaine remplie de beaux moments.

« Vous voulez rendre chaque jour votre vie plus riche et plus belle ? Remerciez la vie pour tout. » – Anonyme

Les moments de doute

Un jour sous le signe du doute, de la peur, de l’incompréhension. Cette fragilité qu’on pense surmonter avec le temps vient nous rappeler que le combat n’est pas fini. Le combat est omniprésent avec chaque nouvel aube. Il accompagne chacun de nos pas vers le bonheur.

Il y a des jours où tout semble parfait. Facile. Simple. Il y a d’autres où le simple fait de sortir de son lit est un effort, une corvée. Les vents tumultueux de la vie peuvent provoquer les pires des vagues dans notre âme et dans ce cas, surfer devient quasi impossible. On a l’impression de couler au fond de nous-mêmes. Mais aucun sauveteur n’y peut rien. On est notre propre sauveteur. Personne d’autre. À quel point peut-on nous tendre la main pour nous aider à refaire surface afin de prendre une bouffée d’oxygène? Ça dépend des jours.

On est des humains donc des êtres faits d’émotions. Avoir peur, être fatigué, vouloir se réfugier dans son petit monde réconfortant, s’ouvrir à l’autre, pleurer…toute une gamme de réactions parfaitement humaines. Nous avons toujours le choix de la réaction vis-à-vis les moments les moins faciles mais des fois, on n’a juste pas envie de choisir. On est tellement submergés par la marée haute qui saisit notre âme que tout ce qu’on veut c’est un rayon de soleil qui vient réchauffer notre coeur en bandoulière.

Je me mets souvent en question lorsque je vis ce tumulte dérangeant à l’intérieur de moi. Je me juge un peu trop sévèrement des fois, même si je sais que je n’ai pas le contrôle sur l’intensité et la direction des vents. Ma nature sensible est la cause de ce retrait émotionnel vers l’intérieur. Je me cache dans ma bulle sécure le temps que le bruit diminue. Ensuite je m’ouvre à nouveau. Avant, je refusais ce trait de ma personnalité. Aujourd’hui, je l’accepte, je le comprends mieux et je l’assume. Ce retrait me permet de maîtriser mes émotions et d’en faire abstraction dans le but de m’ouvrir à nouveau vers l’extérieur. Heureusement, ce n’est pas long avant de retourner dans le moment présent et être dans l’action.

La vie n’est pas rose tout le temps malgré ma joie de vivre. Par contre, je carbure sur l’espoir et l’optimisme. Je sais bien qu’il nous faut de la pluie et du soleil pour voir les couleurs pastels de l’arc-en-ciel. Je sais. Mais c’est un de ces soirs où l’on a besoin d’une étreinte affectueuse, d’un sourire réconfortant et de la chaleur d’un corps contre le notre. Une présence humaine quoi. On a beau être fort, indépendant, en contrôle, reste que notre besoin en amour (aimer et être aimé) est un besoin primaire. Je détiens un coeur rempli d’amour en attente d’être pris par un autre coeur rempli d’amour. Je sais que tout peut être forcé, sauf l’amour. Il débarque à l’improviste lorsqu’on s’y attend le moins. On ne peut diriger son cours. Il s’empare de tout notre être pour nous purifier, nous faire vibrer, frémir et nous ébranler sans qu’on puisse riposter. Un amour démesuré. Immodéré! Oui je sais.

Demain, ce sera un autre jour. Il ventera peut-être moins ou pas. Peut-être plus, qui sait!

 » L’important est d’Être Troublé, d’Aimer, d’Espérer, de Trembler, de Vivre.  » Auguste Rodin

Mon journal de gratitudes #14

Après un arrêt de 3 semaines, me voici de retour à mes anciens amours, à mes billets sur la gratitude. Cet arrêt m’a été imposé par mes propres limites. J’étais dispersée dans ma tête et je manquais de discipline. La fatigue des derniers mois m’a rattrapée plus que jamais et je dors peu. J’ai dû délaisser un peu le blog malgré qu’écrire me manque à mourir. C’est un exercice avant tout qui met de l’ordre dans ma vie et me rappelle « à l’ordre ». Ceux et celles qui me suivent depuis des mois savent qu’écrire c’est de l’introspection pour moi. Le journal des gratitudes est L’EXERCICE ultime pour ça. C’est un genre de méditation qui me permet de revenir dans le moment présent et de me concentrer sur ce qui est positif. Remercier la vie pour tout ce qu’elle m’offre au quotidien est devenu un mode de vie qui me fait du bien et qui me permet de voir tout ce que j’ai au lieu de ce que je n’ai pas. Dans mes moments d’inquiètude, il m’apaise et m’aide à accepter ce que je ne peux pas changer. Chacun sa façon!

En ce magnifique dimanche ensoleillé de Juin, je suis reconnaissante pour :

  • Notre santé, mes flos et moi.
  • La joie de vivre qui règne dans mon petit foyer.
  • Les belles personnes qui croisent mon chemin, de près ou de loin et qui choisissent de rester dans ma vie même quand je suis détestable (bon c’est rare mais ça arrive quand je suis fatiguée. P. S. je suis sûre que tu te reconnais ☺️!).
  • Tous les projets futurs qui me font battre le coeur (carrière et loisir).
  • Les trois plantes que j’ai réussi à maintenir en vie depuis deux mois et que je vois grandir au fil des jours. Merci à toi Maud de m’avoir donné la piqûre. Je ne suis pas aussi bonne que toi mais c’est un jour à la fois (faute d’avoir un chien, j’adopte des plantes).
  • Les nouvelles amitiés que je me suis faites au bureau et qui rendent mes journées plus le fun.
  • Les échanges et la complicité avec ma merveilleuse maman.
  • Le courage de dire non même au risque de perdre des personnes

Je vous souhaite un bon début de semaine et n’oubliez pas d’être heureux et reconnaissants.

« Quand vous vous levez le matin, remerciez pour la lumière matinale. Remerciez pour votre vie et votre force. Remerciez pour la nourriture et pour la joie de vivre. Et si vous ne voyez aucune raison de remercier, soyez assuré que la faute vient de vous. » – Tecumseh, chef des Indiens Shawnee

Mon Coeur de Saumon a un an

Il y a un an, je ne savais pas trop encore dans quoi j’embarquais. Je me posais mille et une questions si j’allais réussir à écrire d’une façon régulière et constante. Si j’allais trouver des sujets, des idées, des mots. Si j’allais être lue. Si j’allais surtout garder l’enthousiasme des débuts.

Créér un blog est facile. En deux clics, il est mis en ligne et prêt à être garni de textes et de billets. Le plus dur c’est de l’entretenir et de continuer à l’alimenter afin de maintenir l’intérêt des lecteurs et surtout des autres blogueurs pour qu’ils poursuivent à lire et à interagir avec les textes.

Lorsque j’ai décidé de me jeter à l’eau, je n’avais aucun plan, aucune vision. Je voulais simplement traduire mes ressentis par des mots. J’avais ce besoin profond de creuser dans mon âme afin de faire jaillir tout ce qui m’étouffait, ce qui m’empêchait de respirer. De me libérer et de libérer ces mots restés coincés dans ma gorge pendant longtemps. On dit (et je l’ai souvent répété) que les mots guérissent les maux. Écrire a guéri beaucoup de mes maux. Écrire m’a redonné ma liberté. La liberté d’être moi-même à nouveau. La Liberté de m’accepter comme je suis avec toutes mes imperfections, de m’aimer et d’être fière de moi-même.

Avec chaque nouveau texte, je retrouvais un morceau de moi que je recollais aux autres. Un texte à la fois. Un an plus tard, j’ai retrouvé tous mes morceaux perdus. Aujourd’hui, je suis complète plus que jamais. Ce blog m’a permis de me réapproprier ma voix. De faire souvent des introspections, de sonder mon coeur, d’être simplement reconnaissante d’être en vie et moi-même.

Ce n’est pas qu’un blog. C’est une tranche de vie. Une vie que j’ai recréée à ma façon. Ce blog m’a vue vibrer, pleurer, rire, rêver, se défouler, rager, aimer, oublier, décevoir et se décevoir.

Ce n’est pas qu’un blog. C’est moi. Tout moi. sans filtre, passionnée, intense, vraie, sensible, imparfaite. C’est mon reflet. Et il est à mon image. Il me suit dans tous mes états d’âme.

Ce n’est pas qu’un blog. C’est un moyen de communication qui m’a permis de tisser des liens avec d’autres blogueuses et blogueurs de partout dans le monde. Une fenêtre qui s’est ouverte sur de nouveaux horizons, sur de nouvelles amitiés, sur la vie des personnes qui vivent ou ont vécu des expériences similaires aux miennes ou non.

En un an, j’ai grandi et cheminé. J’ai appris à ne plus attendre demain, ni vendredi, ni l’été et ni les vacances. J’ai assumé que sortir des sentiers battus est correct. J’ai compris que vivre le moment présent enlève beaucoup d’inquiétude et d’angoisse. J’ai pratiqué le lâcher-prise et j’ai…lâché prise sur tout ce que je ne peux pas contrôler. Enfin de compte, c’est un acte de confiance en la vie. Ai-je réussi? À 85% du temps, OUI.

Mon coeur de Saumon a eu un an hier et j’en suis fière de ce que j’ai pu réaliser. Je vous remercie de me lire et de croire en mon talent en écriture, d’échanger avec moi sur les différents sujets et de me partager également une tranche de votre vie.

« Tout ce qui est écrit continue de vivre; tout ce qui n’est que parler meurt! » Citation orientale