Mois : avril 2018

Qui suis-je?

Ce texte n’est pas le résultat d’une crise d’identité comme certains pourraient y croire et penser. Bien au contraire. Je sais très bien qui je suis devenue et très fière de l’être.

Je suis née au Liban, de parents libanais « pure laine » portant un héritage familial riche en valeurs humaines et en patriotisme. J’ai grandi au sein d’une famille aimante et ouverte d’esprit. Mon père a investi tout ce qu’il a gagné au cours des années en nos études. C’était prioritaire pour lui et pour ma mère. Ils peuvent être (et le sont) fiers de leurs cinq enfants car chacun a réussi à sa manière et dans son domaine.

J’ai toujours caressé l’idée d’immigrer au Canada et précisement au Québec à cause de la langue française. Vivre en Amérique du Nord mais en français, une langue qui me représente et traduit tout ce qui est à l’intérieur de moi était une idée tentante et délicieuse. Bref, vivre le « rêve américain » mais…en français!

Après la naissance de notre première fille, mon ex-conjoint et moi avons décidé de concrétiser ce projet. En effet, trois ans plus tard, le Québec décide de nous adopter, on plie bagages et on quitte tout ce qui nous est cher, tous nos souvenirs d’enfance, tout ce que nous avons connu à date. Une grosse partie de nous demeure au pays du Cèdre, pays du lait et du miel comme vanté dans la Bible.

Quitter tout pour partir à zéro dans un nouveau pays demande beaucoup de force intérieure, de courage et de résilience. Notre parcours n’a pas été, heureusement, difficile. L’adaptation s’est faite assez rapidement et notre nouvelle vie a débuté.

Comme tout nouvel arrivant, nous vécûmes des moments émotionnellement difficiles surtout à l’approche des différentes fêtes ou lors des événements auquels on ne pouvait pas y participer (premier Noël sans nos proches, mariage des frères et soeurs, naissance des neveux et nièces…).

J’ai également perdu des êtres chers, mon grand-père et mes deux grands-mères alors que j’étais loin. Faire le deuil, seule, à des milliers de km est l’expérience la plus dure qu’on peut imaginer. J’avais l’impression que je faisais en même temps le deuil de l’enfant qui restait encore en moi.

Une crise d’identité commença à émerger. D’un côté, je suis tombée en amour avec mon nouveau pays adoptif mais d’un autre côté, je me sentais coupable de le faire. J’avais l’impression que je trahissais mon pays de naissance avec mon pays d’adoption. J’étais tiraillée entre les deux. Incapable de lâcher full prise pour bien m’établir ici. Ça était vraiment difficile et éprouvant. Je m’ennuyais de mon ancienne vie parmi les miens au bléd mais faire marche arrière était hors de question.

J’étais sous l’emprise de crises nostalgiques. Je n’étais plus la même personne qui vivait au Liban. J’ai cheminé, vécu de nouvelles expériences au Québec, appris à vivre et me débrouiller seule. De nouvelles valeurs commencèrent à trouver chemin vers moi. Je pris goût de ce que je découvrais. La « Belle Province » a su s’infiltrer dans mon coeur et semer un émerveillement en moi!

J’ai fini par réaliser que je suis devenue une nouvelle personne. Je pouvais aimer mon pays adoptif autant que mon pays de naissance. Une femme qui portait deux cultures. Deux pays. J’avais la chance de choisir mes propres valeurs sans qu’on me les impose. En effet, j’ai gardé le meilleur de ce que j’ai hérité et j’ai délaissé ce qui ne me convenait plus. Et j’ai adopté ici le meilleur des valeurs québécoises. Donc je suis porteuse du meilleur des deux mondes.

Je ne peux plus trouver ma place à 100% dans mon pays d’origine mais je ne suis pas non plus une québécoise à 100%. Je suis une bi-citoyenne dont le coeur et l’esprit sont ici et là-bas. Mon coeur n’est plus divisé entre le Liban et le Québec. Il porte les deux. Je suis une libano-québécoise maintenant.

« Home is where the heart is! »

Je savoure la tourtière du Lac St-Jean autant que le kebbé neyé (tartare libanais) de Baalbeck (ma ville natale). J’adore les bières des microbrasseries du Québec autant que la bière locale du Liban. Je fais avec brio le pouding chômeur comme le baklava. Je raffole du sirop d’érable et je connais ses différentes classes comme n’importe quel québécois de souche autant que je raffole du sirop de mûres que ma grand-mère et ma mère faisaient.

Je ne me considère pas comme une expatriée. Ici, c’est chez moi. Et là-bas, c’est chez moi aussi. J’inculque ces valeurs à mes enfants aussi.

J’ai appris à connaitre le Québec comme je connais mon Liban. Je me suis promenée dans beaucoup de ses régions et je connais presque par coeur sa carte géographique. J’ai lu Félix Leclerc et je me passionne pour Fred Pellerin. J’écoute le hockey et je crie Go HABS Go! La voix de Ginette Reno me fait vibrer autant que ma Feyrouz libanaise.

Je me suis émerveillée par les femmes d’ici qui sont capables de jongler entre famille et carrière. Des femmes qui s’assument! Mais aussi de la douceur et de l’intelligence des femmes libanaises porteuses d’amour. Des mamans poules! Je suis maintenant une maman poule de trois qui s’assume en tant que femme et qui a plein d’ambitions.

Que dire des hommes. L’homme québécois par sa sensibilité, sa générosité et son respect pour la femme. L’homme libanais pour sa bravoure et sa débrouillardise.

Impensable de faire marche arrière. C’est ici que je vis et c’est ici que je veux finir mes jours! Je fais fièrement partie des « gens du pays » et je contribue positivement à mon pays adoptif. Je me suis ré-créé une famille formée de magnifiques personnes d’ici.

Sinon retourner au Liban juste pour me ressourcer de l’amour de ma famille, des voisins, de l’épicier, du mécanicien, du boucher, du vendeur de lait est primordial pour mes gènes phéniciens-libanais.

Mon journal de gratitude #9

Et voilà pour la 9ème semaine, j’enchaine avec mon journal de gratitudes. Un excercice que j’attends impatiemment et je le fais d’une façon assidue pour le bien fou que ça me procure. Je ne pensais pas que dire simplement merci pour des moments que je prenais pour acquis avait cet impact sur ma vie et sur ma paix intérieure. On dirait que je suis plus satisfaite, plus heureuse et plus légère. Un changement intérieur s’est opéré en moi et ceux autour de moi, qui me côtoient, l’ont ressenti. Ça se ressent aussi à travers mes mots, ça je sais car on me l’a souligné.

Je n’ai jamais été aussi bien dans ma vie qu’en ce moment présent. J’ai beaucoup de soucis comme tout le monde mais je deal avec différemment maintenant. Je suis en mode solution plus qu’en mode « lamentation ». Et quand je suis submergée d’émotions, je me dis STOP, je prends du recul et je fais REWIND pour me reprendre et changer de perspective.

Dans une ancienne vie, j’étais soit NOIR ou BLANC. Trop « by the book« . Le temps et les expériences (difficiles) de la vie ont forgé mon caractère et ont adouci mon tempérament. Je me surprends moi-même entrain d’analyser les situations avec plus de latitude et je me rends compte de ma flexibilité. Ça m’a enlevé tout un poids. Je ne résiste plus. Je suis devenue comme l’eau qui coule facilement et contourne, au besoin, les obstacles au lieu de s’obstiner pour les tasser de son chemin.

Donc, pour ce dimanche (encore gris et froid), je suis reconnaissante pour :

  • Les merveilleuses personnes que je côtoie que ce soit au travail ou à l’extérieur. Chacune, à sa façon, rajoute son grain de sel dans ma vie.
  • Tous les commentaires que je reçois par rapport à mes textes. Savoir que je peux influencer positivement et diffuser de l’espoir, ça me fait chaud au coeur. C’est ça l’idée derrière mon blog et je suis contente de rester cohérente et en harmonie avec mon message qui est : « La lumière est au bout du tunnel!« . C’est facile de déraper en écriture mais j’essaie de maintenir l’essentiel que je veux faire parvenir à ceux qui me lisent. Merci!
  • Chéri, qui me fait sentir, continuellement, belle, aimée, désirée et importante.
  • La superbe soirée d’hier en famille (et chéri). On a beaucoup ri, jusqu’aux larmes. Il y avait beaucoup de complicité et de la joie de vivre. Ça m’a fait tellement du bien!
  • Du temps de qualité que j’ai passé avec mon fils en faisant un essai de soccer. Je me suis sentie comme une gamine de 10 ans, entrain de courir après le ballon sur le terrain de foot. Il n’a cessé de me répéter qu’il était content et qu’il m’aimait.

La moitié du mois d’avril est faite, on s’en va de plus en plus vers l’été et la planification des vacances. Malgré le froid que nous vivons encore au Québec, ces pensées réchauffent le coeur.

Vivons le moment présent et soyons heureux et reconnaissants!

Les vagues de l’âme…

Il y a des jours où tout parait facile et évident puis d’autres où on a l’impression de faire du sur place ou c’est plus fragile. C’est ça les vagues de l’âme. On est des humains, n’est-ce pas? Ça ne veut pas nécessairement dire qu’on n’est pas bien. Ça fait partie de notre composition complexe. On est des êtres faits d’émotions.

Il faut simplement l’accepter et apprendre à s’ajuster avec. Apprendre “à danser sous la pluie” et s’incliner tout doucement au passage de l’orage pour éviter de se briser.

Au fil des jours, j’ai compris que rien n’est acquis. Le bonheur, la santé, l’amour c’est fragile et versatile. Il faut profiter du moment où on les a, les apprécier et en savourer le goût.

Tsé, comprendre cette réalité, c’est l’accepter. Lorsque tout va bien, ben on est heureux. On vogue tout doucement et on se laisse bercer par la vague. Et lorsque ça va moins bien (pour ne pas dire mal, un mot négatif que je n’aime pas!), on s’accroche à l’espoir que c’est passager. Ce n’est qu’une vague plus élevée et c’est là qu’il faut surfer pour ne pas se noyer.

Chaque jour et chaque événement nous rendent un meilleur surfeur. Il faut simplement accepter que ce n’est pas toujours rose. C’est la beauté de la vie. Ça nous prend de la pluie et du soleil pour pouvoir contempler la magie de l’arc-en-ciel. Et c’est après les moments orageux de notre âme qu’on apprend à apprécier les moments les plus calmes et les plus heureux.

Je ne prétends pas avoir trouvé la recette magique du bonheur car il n’y en pas. Par contre, j’ai trouvé les moyens pour passer, plus facilement, à travers les moments de doute qui envahissent mon cœur. Je me suis trouvée des outils et c’est toujours gagnant! J’écris, je tricote, je médite, je fais de l’introspection et je prends du recul en sortant prendre de l’air…je me raisonne surtout en me disant que c’est éphémère, c’est passager…un moment difficile ne veut pas dire que ma vie est difficile. Adopter une attitude positive ne nuit pas quand c’est moins facile. Ça fait toute la différence.

Quand on se connait bien, on est moins susceptible de sombrer au fond de l’eau car on est proactif, on est dans l’action!

Chacune de ses vagues est une opportunité de grandir, une possibilité de se transformer et de devenir une meilleure version de soi. On gagne en maturité et en maitrise de soi. Et c’est tout en notre honneur…

«Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu’au jour où être fort reste la seule option.» Bob Marley

https://youtu.be/IX7RkhUydO4

Dans tes bras

Dans tes bras, j’aimerais tant
Pouvoir arrêter le temps.

Savourer pleinement nos moments,
Teintés de volupté, tout doucement.

Ta chaleur réconforte mes peurs,
Me comble de pur bonheur.
Le timbre de ta voix, en toute douceur,
M’emporte dans un monde des plus belles lueurs.

Je plonge dans tes yeux limpides,
Qui font frémir les plus belles des océanides.
Ton regard bleu torride,
m’ensorcelle, m’intimide.

Tu as perturbré mes neurones et mon âme,
Enflammé mes sens par ton charme.
Ton amour, je réclame!
C’est ce que veut mon cœur de femme!

Tes « je t’aime » et tes soupirs
Me motivent, m’inspirent.
Pourquoi pas te séduire?
Si avec moi, tu voudrais vivre et vieillir?

Te trouver, mon amour, était très enchanteur,
Je ne me lasserai jamais de toi, mon enjôleur.
Tout ce que tu es, m’a captivée,
Dans tes bras, je veux abdiquer!