Qu’est-ce qu’une femme indépendante?

Suis-je finalement une femme indépendante? Oui. Est-ce que ça déstabilise certains hommes (notamment les dépendants affectifs)? Oui. Est-ce que le mot « indépendance » veut dire la même chose que « s’enfoutisme »? NON. On prend souvent l’indépendance pour du désintérêt et ce n’est absolument pas pareil. Malheureusement, lorsqu’un homme traite une femme « d’indépendante », ce n’est pas souvent pour la complimenter. Et pourtant l’indépendance chez une femme est un trait de caractère très positif. Donc voici ce que ça implique :

C’est une femme débrouillarde, autonome, accomplie et capable de faire ses choses toute seule. Elle aime avoir du temps pour elle des fois et respecte aussi que son partenaire ait du temps pour lui. C’est très sain pour les deux et ça ne fait que les rapprocher après et faire ravivre la flamme au moment des retrouvailles.

C’est une femme qui aime avoir de l’attention et recevoir de l’affection. Les petits textos « je pense à toi » que son partenaire lui envoie, lui font plaisir. Mais elle ne tombe pas en manque si les textos tardent à arriver ou panique. Elle comprend qu’il soit occupé, fatigué ou simplement pas dispo. Elle aime aussi qu’on comprenne quand elle est trop occupée pour en envoyer à son tour ou pour y répondre.

C’est une femme qui a du caractère ainsi qu’une grande force intérieure mais ça n’enlève pas nécessairement de sa douceur ni de sa féminité, et surtout pas de la masculinité de son partenaire.

C’est une femme sur qui il peut compter car elle sera là toujours à ses côtés pour l’épauler comme elle aimerait être épaulée.

C’est une femme qui choisit ses batailles. Si elle te choisit, c’est parce qu’elle tient beaucoup à toi donc arrête d’être insécure.

C’est une femme sûre d’elle, qui dégage de la confiance et ne laisse rien l’ébranler. Elle ne se laisse pas intimidée par les jaloux, les hypocrites et les méchants. Le regard des autres est son dernier souci. Elle n’a pas peur de ce qu’ils pensent d’elle.

C’est une femme qui lui arrive de prendre des risques « calculés » car elle fait confiance à la vie et à ses propres capacités.

C’est une femme qui est capable de gérer ses émotions et ménager ses humeurs. À mon humble avis, juste à ça, son partenaire devrait l’apprécier davantage et se réjouir d’être avec une telle femme.

C’est une femme qui n’aime pas qu’on lui dicte ce qu’elle devrait faire et comment s’y prendre. Ça ne l’empêche pas de demander conseil à son partenaire et d’échanger avec lui d’égal à égal comme deux personnes à part entière, et ce dans le respect et l’ouverture envers l’autre.

C’est une femme qui sait gérer ses finances et demande rarement un soutien financier. Ça allège les responsabilités de son partenaire. Accepter un cadeau ou une invitation la rend inconfo, d’où la nécessité de rendre l’invitation à son tour.

C’est simplement une femme qui a besoin d’air pour s’épanouir et être bien dans son assiette. Lorsqu’elle est bien à l’intérieur d’elle-même, elle serait bien avec l’autre.

C’est une femme qui n’a pas besoin de l’autre pour combler un vide en elle. Son bonheur dépend d’elle mais elle aimerait le partager avec son partenaire. Elle veut l’autre car à deux c’est plus agréable. Se partager la douceur et la tendresse en couple est important dans sa vie. Elle aime donner autant que recevoir.

C’est une femme qui apprécie avoir le soutien de son partenaire pour réaliser ses rêves les plus chers. Elle le soutiendrait aussi dans la réalisation de ses rêves car elle comprend à quel point c’est important et valorisant.

C’est une femme, malgré tout ce qui est mentionné plus haut, qui se tourne toujours vers son partenaire pour être réconfortée et rassurée dans les moments de doute qui s’emparent de son coeur. Elle a confiance qu’il serait là pour l’accueillir dans ses bras solides.

C’est une femme qui a besoin d’être apprivoisée tout doucement. Elle vaut le coup car lorsqu’elle serait apprivoisée, elle saurait te rendre heureux et mettrait du soleil dans ton quotidien. Elle t’aimerait tout simplement inconditionnellement!!!

“Peu m’importe que tu m’aimes “beaucoup”, ce que je veux, c’est que tu m’aimes bien, et toujours mieux. L’amour, ce n’est pas une question de quantité”.-Walter Riso-

20 réflexions sur “Qu’est-ce qu’une femme indépendante?

  1. Oui les filles je comprends ce sentiment, cependant, pour certains hommes, comme le dit Dina, ça peut être traduit comme du désintérêt au risque de passer à côté d’une relation exceptionnelle 😉
    Hommes et femmes ont déjà eu à faire avec ce genre de situation, je ne suis pas certain que l’ensemble des protagonistes en gardent de bons souvenirs 🤔
    Gros bisous ma petite Dina
    Tony

    Aimé par 1 personne

  2. En fait, de mon avis, tant que l’on partira du postulat « Femme », on faussera encore la notion d’indépendance. Aujourd’hui, les lois permettent à tout un chacun, du moins dans les pays occidentaux, de choisir. Alors, je choisis. Je choisis en tant qu’être humain libre avant tout. Je ne le fais pas pour m’élever contre une société patriarcale, mais parce que j’ai le choix. Bien sûr que je suis de sexe féminin, mais ce n’est pas ce qui me détermine, ce n’est pas mon identité. Ce qui relève de mes aspirations intérieures est ma réelle identité. Et pour moi, ma condition de femme ne prévaut pas. Je ne prends pas ma liberté en tant que femme avec ou sans partenaire. Je peux être libre mais je vis accompagnée d’animaux (mon choix) et ne peux vivre seule, à savoir que je vais solliciter l’aide pour des choses, qu’elle soit masculine ou féminine m’importe peu, le principal est le savoir faire. Mon voisin m’aide à poser mes lustres parce qu’il sait le faire. En cela, mon indépendance est interdépendant, rares sont les personnes capables de vivre seules au fond des bois. Ton texte est très beau mais tourne autour de la notion de « femme indépendante avec partenaire » . Je ne me pose pas ces questions chaque jour, parce que bien sûr j’ai la chance de vivre dans un pays où la femme n’a pas à se cacher, j’en ai conscience, alors, je me libère de cela. Je vis humblement et respectueusement ce qui m’évite les affrontements, je ne le fais pas par peur mais pour la paix. Le regard de la femme que je suis est dégagée du regard de l’homme et de la société. Pour autant, je prends soin de moi 🙂 C’est mon avis personnel bien sûr hautement influencé par un célibat en CDI et je comprends ton choix de positionnement par rapport à un couple 🙂 Je crois que je répondais juste à la question de ton titre 🙂 Bisous et beau week end 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait d’accord avec toi. Le texte par contre est le résultat d’une (nouvelle et oui encore) déception amoureuse à cause que je suis ainsi. Donc une expérience strictement personnelle fraichement douleureuse. Je me suis retirée de l’équation car en un mois j’ai entendu “tu es indépendante” et “ça me fait peur” à quelques reprises.
      La réalité de la société québécoise est différente. La femme a sa place sans devoir se battre pour s’affirmer (reste encore le sujet le plus d’actualité la parité homme-femme dans certains domaines de travail). On ne peut pas qualifier ni de proche ni de loin la société ici de patriarcale. L’indépendance de la femme est un sujet assez sensible pour les hommes de par chez nous. Et malheureusement il a un impact sur les couples.
      En ce qui me concerne, j’aime être en couple non par besoin mais par choix. Je me réfère toujours à l’homme par le mot “partenaire”. On est des partenaires, des co-équipiers dans une relation équilibrée basée sur le respect mutuel. Chacun a un rôle à jouer auprès de l’autre sans empiétiner sur ses droits. Donc oui je parle de la femme indépendante avec un (ou une) partenaire (ou un homme indépendant avec une (ou un) partenaire) car c’est ma réalité à moi, mon expérience malgré que je vis aussi dans un pays où je n’ai pas à me cacher non plus.
      Merci de ton commentaire et bisous de l’autre côté de l’océan.

      Aimé par 1 personne

      1. j’avais bien compris ton approche et d’où tu partais pour élaborer ta pensée 🙂 j’ai peut être été un peu fort en parlant de société patriarcale mais bon, les pays méditerranéens en portent encore les stigmates : Sylvain Tesson, « homme libre vagabond écrivain de son état » en parle très bien : en Italie comme en Espagne, la femme est encore « la boniche mise à l’écart » dans certains villages. J’appréhende bien la situation relationnelle au Québec pour avoir vécu 4 ans en Amérique du nord. Oui, la femme y « fait un peu peur » à l’homme, faut dire, que, « ouah », certaines femmes ne lésinent pas pour « assommer » l’homme dans certaines situations. Aux USA? j’ai vu des hommes refuser de monter dans l’ascenseur parce que j’y étais seule. çà en dit long sur les dérives des procès d’intentions… Pas pour rien qu’en France, nous appelons « le quart d’heure américain », le moment où en discothèque, la femme va inviter l’homme à danser 😉 bref, très long sujet et assez passionnant. Et en conclusion, au delà des sociétés, pays, etc, je crois que l’important est d’apprendre de nos échecs afin de moins en souffrir. Le mieux est donc de réfléchir sur soi avant tout et de « lâcher prise » et çà, c’est universel 🙂 Bisous

        Aimé par 1 personne

      2. Après, je ne suis pas experte en amour (quoique 😉 mais dans une relation, il ne faut pas brûler les étapes : il y a toujours une première période plus passionnelle, plus fusionnelle, la confiance s’établit ensuite quand petit à petit, aucune crise de jalousie n’est venue ternir la relation par exemple. Les débuts sont toujours chaotiques, il faut laisser le temps avant de poser ses marques je pense, laisser l’autre se détendre, accepter qu’il a envie de voir l’objet de sa passion, s’excuser de choisir d’aller voir « sa meilleure amie ». Au bout d’un an, c’est accepté, intégré. C’est peut être là que çà fait peur aux hommes, je ne sais pas 😉 Mais tu as forcément une part de responsabilités, sans vouloir te blesser, l’homme aussi, mais ce qui importe est de s’améliorer soi car on ne maitrise pas les autres. Se bonifier dans ce qu’on veut réussir est notre défi. Quand j’ai compris, après 20 ans, que je revenais invariablement à la solitude de ma bulle intime, j’ai arrêté de la voir comme un mal à éradiquer. Depuis, j’apprivoise ma « solitude » dans l’équilibre, avec des petits bas de temps à autre, mais je ne doute plus. Dans la vie de couple, c’est pareil, je crois. Accepter que l’on veut réussir ce chemin à deux, c’est voir en quoi, on peut s’améliorer. Le don de l’amour n’enlève en rien l’indépendance 🙂

        Aimé par 1 personne

  3. Ce qui est, comment dire, étrange, pour moi en tout cas, c’est que la question que tu te poses, tu te la poses parce que tu es une femme. Peu d’hommes se posent ce genre de question : Qu’est-ce qu’un homme indépendant ? Alors que beaucoup devraient se la poser. Je connais peu d’hommes qui soient indépendant affectivement. Et je pense même que les femmes sont plus indépendantes que nous.

    Pour ce qui est de l’égalité sur le plan de la loi, du travail, je ne sais pas au Québec, mais chez nous, en France, il y a encore beaucoup d’inégalité sur le plan des salaires. On en parle beaucoup, les politiques notamment, qui sont globalement assez machos, mais on ne fait pas grand chose.

    Pour ce qui est des inégalités, je ne sais pas chez vous, mais chez nous, ça ne s’arrange pas, bien au contraire. L’écart est de plus en plus grand entre les riches et les pauvres. Et quand je vois la réaction de notre société par rapport à ces inégalités – c’est-à-dire inexistante, hors mis quelques grèves par-ci par-là, à croire que nous avons été lobotomisé – je me demande comment nous avons pu faire une révolution. Mais je m’égare…

    Aimé par 1 personne

  4. Très beau portrait dans lequel je me reconnais de plus en plus Dina. Et pourtant j’ai longtemps été une femme dépendante ou du moins à qui on n’a jamais cessé de répéter que l’indépendance faisait fuir les hommes…je suis rentrée comme beaucoup dans le moule d’une femme que je n’étais pas.
    J’aime particulièrement cette phrase que je trouve tellement juste « C’est une femme qui n’a pas besoin de l’autre pour combler un vide en elle. Son bonheur dépend d’elle mais elle aimerait le partager avec son partenaire ».
    A mon avis une femme indépendante est une femme en équilibre, qui a trouvé sa place (même si celle ci est en constante évolution) et qui a envie de partager sa vie avec un homme indépendant, en équilibre lui aussi. Je pense que cette rencontre peut faire des étincelles!

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait Marie. J’ai déjà été dépendante et insécure. Je paniquais à la moindre chose. J’ai tellement évolué depuis. Je suis devenue cette nouvelle version de moi et ce n’est pas vrai que je vais accepter des choses qui ne me conviennent plus juste pour être accompagnée. Je ne suis plus là dans ma vie.

      Aimé par 1 personne

  5. Je ne sais toujours pas quoi dire tellement j’ai l’impression que tu parles de moi 😉 C’est impressionnant de ressentir les choses de la même façon en étant deux personnes qui vivent sur des continents différents et ne se rencontreront jamais, waow, c’est même carrément géant ! Merci !!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s