Tu es où tu devrais être

img_6892-2

Ce blog a vu le jour il y a quelques mois dans le but de raconter un vécu, mon vécu à moi mais qui n’est pas différent de celui du commun des mortels.
La seule différence c’est dans la façon dont chaque personne exprime ses sentiments et ses émotions.

Certains dessinent, d’autres sculptent, d’autres encore chantent…moi, j’écris.

J’écris en laissant mon cœur parler. J’écris en toute transparence. J’écris ma joie comme ma tristesse, ma paix comme ma tourmente, mes forces comme mes faiblesses. Sans aucun filtre.

Je ne me cache pas derrière un mur d’apparences superficielles ou de prétentions dans le but de montrer une vie parfaite. Ma vie ne l’est pas en tout cas mais elle est juste ‘parfaite’ à mes yeux et je vais vous dire pourquoi.

Ceux qui m’ont côtoyée réellement ou virtuellement, connaissent mon parcours. D’ailleurs, j’en ai parlé aussi dans plusieurs de mes articles. J’ai mené des combats féroces pour être où je suis en ce moment.
Je me suis battue pour pouvoir m’exprimer librement, sentir et ressentir librement…pour pouvoir vivre selon mes valeurs et en cohérence avec qui je suis.

Après tout ce que j’ai traversé, je ne peux plus et ne pourrai plus me contenter de peu. D’une vie ordinaire, de relations amoureuses médiocres, d’amitiés fades, de personnes incapables de brasser mon intérieur à la puissance 20 ou de conversations superficielles.
D’où mon incohérence des fois : ne pas vivre selon qui je suis et me convaincre du contraire!

J’ai appris à me connaitre mieux au fil du temps. Je suis parvenue à un constat incroyablement intéressant qui explique mes montagnes russes dans certaines situations.

Aussitôt que je m’oblige à me « conformer » à l’une de ces situations et à essayer de me « normaliser » avec, mon système se rebelle.

Désormais, ce sera mon fidèle indicateur.

Il me parle et me demande de rectifier le tir lorsque ce qui se présente n’est pas en harmonie avec mes convictions. Tout moi se met en mode combat pour chasser l’intrus.

Ces émotions contradictoires (vouloir et refuser) créent une instabilité qui se réflète sur mon comportement et mon attitude envers le monde externe. Mon coeur et ma tête n’arrivant pas à s’entendre, les émotions prennent le bord et c’est la pagaille totale.

Je sais désormais que lorsqu’une situation pareille se présente, il faut que j’écoute mon intuition qui ne m’a jamais trompée à date. Elle me permet de retourner à la source et de retrouver mes repères.

Je voulais cesser temporairement d’écrire après m’avoir mentionné que mes textes étaient remplis de lourdeur et ça dérangeait de voir défiler « la négativité de mes émotions » sous les yeux.
J’ai pris alors du recul pour essayer de comprendre le sens et la pertinence de ces mots. Et après avoir discuté avec un ami très proche, j’ai réalisé que rien, ni personne ne m’arrêtera d’écrire et de m’exprimer.

L’argument de mon ami était que la raison pour laquelle les blogs sont populaires c’est parce qu’ils sont faits par de vraies personnes avec de vraies histoires. Contrairement à ce qu’on retrouve sur internet.
Plusieurs lecteurs s’identifient à eux et s’y reconnaissent dans ce qu’on vit. Le blogueur met des mots sur des pensées ou des émotions que les autres ne sont pas capables d’exprimer, de verbaliser ou même définir!!!

Ma colère contre moi-même aurait pu détruire une partie du cheminement que je fais. La colère dont je parle, c’est d’avoir permis à un commentaire négatif de m’influencer et m’envoyer drette dans ma bulle isolée. Cependant, du moment où l’on comprend cette émotion, la contrôler devient moins compliqué. Un processus que j’apprends à chaque jour. La colère n’est pas toujours négative. Tout réside dans la façon dont elle est canalisée et dans le but visé pour son utilisation.

Sur ce, j’ai pris la décision de reprendre l’écriture qui est en soi, une thérapie et un moyen de connection avec mon monde intérieur.
Si l’intensité de mes émotions dérangent, je n’y peux rien malheureusement. Ça fait partie du « 50% que je ne contrôle pas! ».

Donc, au prochain article…

12 réflexions sur “Tu es où tu devrais être

  1. « Tout moi se met en mode combat pour chasser l’intrus. »

    J’aime beaucoup cette phrase de toi, « l’art du rejet poétique te guette Miss Dee ». En mode méfiance et c’est logique, une telle blessure demande du temps. Des étapes à franchir avant un retour à la normale…si l’on appeler ça « Normale »
    Je te souhaite une très belle journée.
    Tony, un ami de France.

    Aimé par 1 personne

  2. L’intuition est la clé. L’écouter c’est être soi.
    Il est important de mettre des mots sur nos émotions, cela nous aide à les appréhender différemment. Je suis heureuse que tu reprennes le fil des mots et que tu te sentes libre à nouveau d’écrire ici Miss Dee.
    Belle et douce journée
    Au plaisir…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Marie. Je suis contente de retrouver mon espace d’expression. L’envie d’écrire me démangeait. Ce n’est pas donné à tout le monde car c’est un privilège, un don de pouvoir s’exprimer librement. Je suis bien. ça faisait longtemps que je vivais un combat interne entre ce que mon intuition essayait de me dire et ce que mon coeur ressentait. J’ai suivi mon intuition et j’ai eu une révélation. Mon coeur qui avait faim d’amour s’est contenté de miettes alors qu’il pensait que c’était immense. Je la suivrai désormais no matter what! Bonne soirée à toi!

      J'aime

  3. Superbe article et belle introspection. L’être humain a cette soif innée de liberté, comme une fleur qui déploie instinctivement ses feuilles et ses pétales pour capter toute la beauté et la chaleur du soleil. Mais certains laissent les événements ou les gens étouffer cette liberté. Ils laissent de gros arbres masquer les rayons du soleil ou permettent aux parasites d’abîmer et flétrir leur beauté. Mais d’autres ne se résigneront jamais à cette fatalité. Ils savent qu’ils n’ont qu’une vie à vivre et déploieront une énergie surnaturelle pour renverser les obstacles, livrer la guerre aux parasites, et savourer la vie au maximum. Ce sont des battants et des battantes. Et c’est ce que tu es. Une fleur délicate qui peut devenir une plante carnivore si on la malmène… un saumon qui se plaît à suivre le flot apaisant de la rivière mais qui n’hésitera pas à nager à contre-courant lorsque cette rivière l’amène là où elle ne veut pas aller. Alors continue d’être cette personne, Miss Dee. Le monde a besoin de ce genre de femmes. Et je suis très content, comme tes autres lecteurs, que tu écrives à nouveau. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour tes mots comblants. Ça me ressemble pas mal comme description. Je suis douce mais mes griffes toujours en garde et prêtes pour sortir pour me défendre. Tu cherches le trouble, tu en auras plein la gueule.
      No messing with a Dina hihihihi. Je continuerai à être cette battante et je continuerai à écrire…😉

      Aimé par 1 personne

  4. Sois attentive à qui tu es, à ce que tu aime faire, ce que tu aime vivre, à tes émotions. Laisse ton coeur te guider vers ces sentiments, les signaux te permettant de réagir aux événements, aux personnes, viendtont de plus en plus vite, te permettant ainsi d’éviter les situations douloureuses au moment opportun.
    La vie est ainsi faite, que le bonheur perpétuel n’existe pas (selon moi), maus ton cerveau en viendra qu’à ne se souvenir que des bons moments.
    Continue à écrire, tu le fais bien.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Jean-François. Ton commentaire me touche beaucoup.
      Ma dernière expérience m’a apprise beaucoup sur moi. Surtout que je dois faire plus confiance à ce cri intérieur qui m’a toujours prouvé qu’il avait raison. Elle m’a surtout apprise à “ne plus laisser entrer dans le jardin ma vie que ceux qui ont des fleurs à planter.” C’est vrai que suivre son coeur fait du bien des fois mais il faut prendre sa tête aussi pour maintenir le contrôle du navire et éviter d’échouer loin de la rive. J’ai toujours dit que le bonheur c’est un moment dans le temps. Et tu as raison, il n’est pas perpetuel. Quand il se présente, il faut le vivre à fond, un moment à la fois.
      Je vais continuer à écrire, c’est certain.

      J'aime

  5. Le plus important est bien que les remparts qu’on aura érigé pour se protéger demeurent imprenables !
    Après tout, si d’aucun juge vos exercices d’intimité publique trop encombrants, prenez un instant pour vous remémorer l’un de vos souvenirs préférés et pour le relater, ou même juste dresser la liste des bons moments vécus dans la journée !

    Passez de bonnes fêtes de fin d’année.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s