L’echo des souvenirs

img_6607

J’avais fini ma journée de travail et je revenais chez moi. Je roulais sur l’autoroute en écoutant une toune de Noël, ‘Driving home for Christmas’ de Chris Rea et comme à chaque fois, le cœur me leva.

En route, je pensais à tous ces moments où la famille se réunissait autour de la table le soir pour souper. Tout le monde se parlait en même temps, les rires s’entremêlaient, chacun avait quelque chose à partager de sa journée. Une famille typiquement méditerranéenne…

Des fois, le ton montait pour faire valoir son droit à la parole mais le tout se faisait dans l’amour. On s’acceptait tel qu’on était, avec nos défauts, nos traits de caractère et nos personnalités respectives.

Une famille colorée, c’est ce qu’on était. Cette brève pensée me fît sourire mais je me ravisai aussitôt que ce n’était plus que l’ombre d’un souvenir. J’arrivai à peine à voir devant moi.
Tant de souvenirs qui embrouillèrent mes yeux, particulièrement en cette période des fêtes.

Du revers de la main, j’essuyai une larme restée accrocher au coin de l’œil et je montai le volume de la radio. Ce soir, c’est lourd sur la route. Beaucoup de trafic. Donc, j’ai amplement le temps de retourner dans ma boîte à souvenirs mentale. Ça me fait palpiter le cœur de bonheur malgré le risque élevé de devenir nostalgique, même très nostalgique. J’entendis à nouveau l’echo des rires d’enfants insouciants. Je réussis même à percevoir l’odeur de ma soupe préférée.

Un feu brûlait dans la cheminée. Ce soir, on faisait griller des marrons en regardant pour la centième fois « Home Alone ». À chaque fois, ça nous faisait rire comme la première fois.

On me klaxonna…il faudrait avancer. Ça me sortit de mes rêveries pour quelques instants seulement…

Mes aiguilles de tricot et mes boules de laine étaient encore là sur la table basse de mon petit salon campagnard. Je passais de longs moments à tricoter devant le feu, avec juste les lumières du sapin et les chansons de Michael Bublé pour m’accompagner. C’était des moments de bonheur.

C’était réconfortant d’être au chaud, au fond de mon beau divan jaune pâle aux motifs blancs.

J’aurais tellement souhaité être assise ainsi, collée à quelqu’un qui m’aimait pour vrai et facilement. Qui ne laissait aucune trace de doute dans mon cœur.

“Les bras de l’amour vous contiennent avec votre présent, votre passé, votre avenir, les bras de l’amour vous rassemblent.” ~ Antoine de Saint Exupéry

L’amour est à la base de notre existence. On est prêt à tout donner pour l’avoir, pour le sentir, pour le vivre, pour vibrer au même diapason avec l’être cher.

Dans quelques minutes, j’arrive chez moi. Ça va être froid et vide. Je vais être seule autour de la table, à manger un repas décongelé. Mon sapin me tiendra sûrement compagnie, encore ce soir.
Probablement que j’écouterais en boucle ‘Last Christmas’ de Wham.

J’aurais voulu que tu sois là. Que cette famille qui me rendait heureuse puisse se reconstituer différemment pour devenir la nôtre. Qu’elle porte nos couleurs respectives. Notre touche à nous. Que les rires résonnent à nouveau dans tous les recoins de la maison, notre maison.

Le doux crépitement du feu me manque. L’odeur des châtaignes grillées aussi. Nos sourires complices. Nos ‘je t’aime’ silencieux. Ta main dans mes cheveux.

Un jour…qui que tu sois…

19 réflexions sur “L’echo des souvenirs

  1. Je souhaite aussi que ces souvenirs tu puisses les égrainer à nouveau un jour, le sourire aux lèvres, riche de cet amour qui enveloppe et nourrit. Beaucoup de tendresse et de mélancolie dans cette évocation. C’est toujours pareil avec les souvenirs, quand le présent est délicat.
    Prends soin de toi pendant cette période de Noël. C’est un moment de joie pour beaucoup qui peut aussi être très douloureux pour certains.
    Affectueuses pensées Miss Dee

    Aimé par 2 people

    • Merci Marie pour tes mots gentils et réconfortants comme à chaque fois. Ce qui me laisse le plus mélancolique c’est les déceptions à répétition. Heureusement, mon coeur refuse de succomber à l’isolement. Il croit encore et plus que jamais qu’être heureux émane de l’intérieur de nous. Personne ne peut nous le donner. Je te souhaite une belle période des fêtes. Beaucoup de douceur également!

      Aimé par 1 personne

  2. Très beau texte. Des mots imprégnés de la solitude, des feuilles mortes de l’automne et des premières neiges qui reflètent la mort d’une saison… mais aussi l’espoir résilient et courageux d’un printemps à venir. Et c’est vrai que le bonheur est en nous. Car parfois, nous pouvons vivre sous le même toit que l’être aimé… et pourtant se sentir aussi seul et isolé que si nous étions seuls au monde. Si donc nous attendons que l’autre, avec toutes ses propres défaillances, comble ce besoin de plénitude, toutes les relations apporteront un goût amer car l’être aimé ne sera jamais une source de bonheur (une telle responsabilité est trop lourde pour tout être humain), mais doit plutôt être une personne toute spéciale avec laquelle nous pouvons partager le bonheur que nous avons trouvé nous-même.

    Reste forte, Dee. Tout es possible.
    Holm

    Aimé par 1 personne

    • Merci Holm!
      La solitude ne me fait pas peur. Je l’ai apprivoisée pendant de longues années alors que je partageais la vie de quelqu’un.
      Oui…le bonheur est en nous mais l’influence que certaines personnes a sur nous peut être dévastatrice.
      L’amour est beau, il ne laisse jamais planer un seul doute sur notre coeur, il rassure, il met de la baume sur notre quotidien. C’est notre rôle aussi. C’est réciproque.
      Tout est possible….oui!

      J'aime

  3. L’amour est beau, c’est vrai. Mais il exprimé à travers des gens qui, eux, ne sont pas toujours aussi beaux ;o) Sauf qu’au-delà des petits et grands défauts de chacun, je conviens que parfois la relation devient difficile, voire intenable, lorsque l’autre ne te traite pas comme la fleur délicate que tu es mais te piétine comme de la tourbe, sans égard à tes sentiments. C’est pourtant simple d’aimer, d’être attentif à l’autre, d’être à l’écoute de ses « moods » et de les respecter. Mais si souvent, c’est plutôt le contrôle qui entre en jeu. L’autre veut te changer au lieu de t’apprécier. L’amour c’est simple… mais les gens sont si compliqués… 😦

    Aimé par 1 personne

  4. lol… merci. Au fond, les hommes devraient tous apprendre à devenir jardiniers. Et au lieu de se pointer dans le jardin avec de grosses bottes à cap d’acier, ils devraient se glisser en douceur entre les rangs, les pieds nus, afin de sentir la texture de la terre fraîche sous leur peau, d’apprécier la nature délicate et sacrée des lieux, puis de tendre doucement leur main vers la fleur qui fait battre leur cœur, toucher du bout des doigts ses pétales, humer son parfum, exprimer un profond sentiment de reconnaissance à la vie pour l’existence de cette merveille aux arômes envoutants. 🙂 Ce qu’il te faut, Dee, ce n’est pas un homme. C’est un expert-jardinier. 😀

    Aimé par 1 personne

    • Elle aime plutôt tout ce qui touche son coeur et fait chavirer son âme. Il n’y a pas beaucoup qui ont réussi à le faire. Je suis une éternelle romantique et ceux qui me connaissent bien le savent. Et tu sais quoi, HOLM, ce n’est pas nécessairement la poésie qui me touche mais plutôt les mots vrais émanant du coeur.
      Tu ne peux pas aimer au conditionnel et t’attendre à un retour. Tu ne peux pas vraiment aimer en disant “si”. Le si du conditionnel. Ça m’écoeure royalement lorsque j’entends “si tu fais ceci ou cela, tu aurais un retour affectif de ma part!”. J’en veux pas de ta poésie empoisonnée si tu veux m’aimer en appliquant tes conditions et si j’y déroge, il y aurait des conséquences, des punitions.
      Bref, c’était une longue réplique😁🤓🙈. Mais j’avoue que ta poésie est de toute beauté😇😇😍❤️

      Aimé par 1 personne

  5. « Si tu fais ceci ou cela, tu aurais un retour affectif de ma part!”… par chance je n’ai jamais eu droit à un tel chantage dans mes relations. Mais quand ça arrive, c’est un très mauvais départ. Comme si l’amour pouvait être marchandé, comme si une relation était une transaction, comme si le quotidien consistait à tenir rigoureusement les comptes et s’assurer que la caisse balance à la fin de la journée. Beurk! Aimer, c’est donner. C’est SE donner, un point c’est tout. Alors two thumbs up à ce que tu dis. Et two middle fingers au vilain chantage émotif :p

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s