Elle positiva et vécut heureuse

img_6421

Au cours des dernières semaines, rien ne va. J’ai beau avoir toutes les bonnes intentions du monde pour voir la vie en « rose » mais ce n’est pas le cas. Je broie du noir et ça n’a plus aucun bon sens. Je vois des embûches partout. Je ne vois que du négatif dans chaque situation. Et pourtant, dans beaucoup de cas, la situation peut regorger de belles choses positives.

Mon parcours dans la vie n’était pas facile et malgré que je ne sois plus en mode survie, que je vienne de loin, je porte encore en moi d’anciennes appréhensions. Mais je ne blâmerai pas ça seulement.

«Le bonheur est une décision que nous prenons d’être heureux quoiqu’il arrive.» André Maurois

Sans nécessairement être superstitieuse, j’ai développé une peur insensée d’un bonheur qui peut s’évaporer, d’un bonheur fragile, prêt à s’envoler très loin. Je sais que ce n’est pas réaliste. On dit en anglais « too good to be true », aussitôt que je me retrouve face à face avec une bouffée de bonheur ou de douceur, je commence à chercher les bibittes pour prouver que c’est du non-réel. Juste un simulé! Est-ce que je me base sur du tactile, sur des preuves pour prouver mon hypothèse? Oh que non! Je me base sur des peurs. Je me prive de ces moments agréables à cause de la peur.

Le pire est que j’entraine les personnes les plus proches de mon cœur dans ma chute vers l’enfer. Je n’ai pas le droit de voler leur joie de vivre juste parce que je remets la mienne en question. C’est égoïste de ma part d’agir ainsi. Je le reconnais et ça me rend encore plus triste.

Ce sentiment a l’effet d’une boule de neige qui se nourrit de négativité et a pour but de gâcher notre existence. C’est comme ouvrir une boîte de Pandore. On n’en finit plus!

J’ai bien hâte de retrouver la « moi » pétillante que j’étais. La fille remplie de fougue et qui avait une soif de vivre, avide d’aventures et de découvertes. On me disait avant que je répandais la joie autour de moi tel qu’un rayon de soleil. J’ai décidé de ramener cette fille-là, ici.

Depuis quelques mois, j’ai entrepris des démarches auprès du CLSC (centre local de services communautaires) de ma ville afin d’avoir l’aide d’une travailleuse sociale. La dynamique de ma famille a changé depuis que je me suis séparée du père de mes enfants. J’ai été dépassée par les évènements que j’ai fini par perdre quelques bouts ici et là donc j’ai jugé pertinent d’avoir de l’aide professionnel dans le but d’apprendre à vivre en harmonie en famille à un pôle.

Lors de notre dernière rencontre, je me suis ouverte sur mes préoccupations par rapport à ma négativité et mon cynisme vis-à-vis la vie. J’ai le désir ardent de mettre en place un mécanisme pour contrer les idées peu joyeuses. Un système qui serait capable de déceler l’infiltration de négativité et envoyer des alertes à mon cerveau afin d’agir immédiatement.

J’ai été abasourdie d’entendre mes filles me dire en plein séance qu’elle voudrait ravoir leur maman remplie de vie. C’était le seul et unique souhait qu’elles ont formulé. Je n’ai pas pu empêcher une montée de larmes qui m’a secouée pendant de longues minutes alors que mes deux trésors me serraient dans leur bras et me chuchotaient que ça va bien aller.

Là, pour les deux prochaines semaines, j’ai un devoir à faire. Je dois prendre du recul à chaque fois que je vois venir une situation qui me met en état de panique et que je commence à « négativer » pour ensuite adopter une attitude plus positive et essayer de voir le bon côté de la chose. Ce sera 15 minutes à la fois. Je suis très consciente de la difficulté de cette mission et de la possibilité de rechute mais je ne devrais pas avoir peur. Ça fait partie du cheminement.

J’ai droit au bonheur. Mes êtres chers ont droit au bonheur aussi. Et ensemble, on a droit au bonheur. Je suis entourée par de merveilleux enfants et soutenue par une gang de personnes qui croit en moi!

Il y a beaucoup d’amour autour de moi. On est tous en santé. On ne manque de rien. La vie est belle et doit le demeurer.

C’est en vain qu’on cherche au loin le bonheur quand on oublie de le cultiver soi-même.  Jean-Jacques Rousseau.

9 réflexions sur “Elle positiva et vécut heureuse

  1. La guérison est au bout de l’effort. Un grand pas de franchi puisque tu as pris conscience du mal à vaincre. La vie est à portée de main et tu es déterminée à en finir avec ce passé qui résiste parce qu’il se sent en danger. Ne regarde pas derrière toi. Aime le vie autrement dans le partage avec tes principaux soutiens :l’homme que tu as choisi et tes deux filles. Bon courage.

    Aimé par 1 personne

  2. Oui, tout le monde a droit au jardin du bonheur et à le cultiver. Mais, comme dit un proverbe: il faut savoir se lever de bonne heure pour cultiver son bonheur. C’est une affaire non pas de toute une vie mais de chaque seconde de celle-ci. Excellent témoignage.

    J'aime

  3. Pingback: Elle positiva et vécut heureuse — Mon coeur de saumon – musnadjia423wordpress

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s