Hommage à oncle Louis…un ange au ciel

img_3217

Oncle Louis….je l’ai rencontré une fois mais une fois était assez pour tomber sous son charme et l’aimer comme si je l’avais toujours connu.
Le jour où j’ai eu l’honneur de faire sa connaissance, il était hospitalisé. Au moment où il nous a vus entrer, Sébastien et moi, dans sa chambre, il a essayé de se redresser avec un large sourire en lançant un « tabarnouche, vous êtes venus! ».

Malgré sa fatigue et sa maladie, il m’a reçue à bras ouverts. Il m’a serrée fort et m’a dit qu’il était heureux de me rencontrer. C’était tellement réciproque! Je ne voulais pas seulement le rencontrer, je voulais le connaitre aussi!

Moi qui n’avais pas eu la chance de connaître le père de Sébastien, parti trop tôt alors je tenais à rencontrer oncle Louis qui était son parrain et un deuxième père pour lui!
C’était un homme qui avait un don précieux : le don du sourire. Même ses beaux yeux souriaient.
Lors des dernières semaines de sa maladie et ses retours fréquents à l’hôpital, il a fait preuve de beaucoup de courage et de force. Un vrai battant!
Son coeur rempli de vie et d’amour refusait de lâcher la bataille aussi facilement.

Oncle Louis était un homme au coeur d’enfant, généreux et aimant. Un facile à vivre avec un grand sens de l’humour.
Un homme qui a travaillé fort toute sa vie.

Un homme difficile à oublier aussi longtemps qu’on vit!

J’écris ces lignes avec les larmes aux yeux. J’aurais tant aimé le revoir, lui rendre visite chez lui, m’assoir avec lui sur la terrasse de sa maison, l’écouter parler de hockey avec chéri, entendre son rire résonner dans tous les recoins du jardin et rire à ses blagues!

Avant de le quitter à l’hôpital, il nous a pris tous les deux, en même temps, dans ses bras. Un moment qui m’a fort marquée! Il sentait subtilement l’eau de cologne, un détail que je garderai au fond de mon âme.

Oncle Louis a choisi de partir en une belle journée d’été mais il veillera de l’au-delà, sur tous ceux qu’il aime.

À Micheline, Stéphane, Marie-Christine et leurs enfants, Patrice, Mélanie et la petite Sofé, à toute la famille. Aussi à Diane, Ludovick, Sonia et sa famille, je pense fort à vous et je vous envoie beaucoup d’amour.

À mon chéri, Sébastien, pour qui oncle Louis était plus qu’un parrain, c’était son deuxième père, le phare qui le guidait, l’ami qui l’écoutait et discutait avec lui de hockey et d’autres sujets, l’épaule qui le réconfortait, je te serre fort dans mes bras pour te consoler dans ta douleur et te donner tout le courage et l’amour pour surmonter ce vide, pour passer à travers ton deuil….

À oncle Louis, tu resteras toujours dans mon coeur! Je n’ai pas eu la chance de te dire en personne que je t’aimais mais je sais que tu le sais!

« J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et, quand j’arriverai,

je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur. »

Victor Hugo


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s