Le côté tranchant du silence

img_2758

Au fil des ans, j’ai développé mon propre mécanisme de défense comme tout le monde : Le silence! 

Ce n’est pas un outil que je choisis d’utiliser exprès dans différentes situations où l’émotionnel est présent. Mon système fait un « shut down » absolu. Même si j’essaie de dire quelque chose, je suis incapable. On dirait qu’une barrière apparaît comme par magie à l’intérieur de moi et isole mon monde émotionnel du reste de moi. Je n’entends plus rien du monde extérieur tellement ce tourbillon en moi est fort et son bruit est assourdissant!

J’ai essayé de remonter dans le temps pour comprendre le pourquoi et le quand ça a commencé. C’est sûr que la culture joue un rôle important ainsi que l’influence de certaines personnes dans notre vie.

À l’origine, je suis un être fait d’émotions et dans la plupart des cas, je les exprime avec facilité.
Mais aussitôt menacée, c’est le silence absolu! Plus que la personne devant moi insiste à avoir des réponses, plus que je me referme sur moi-même et devient impénétrable. Au cours des dernières années, je me suis réfugiée longtemps dans ce silence suffocant! Et ça n’aidait pas mes blessures à guérir. Je me pitoyais sur mon sort, je ruminais ma colère, je faisais taire ma voix intérieure qui me disait que ça ne pouvait continuer ainsi et je me cachais au fond de moi, derrière cette barrière plus résistante que le ciment.

« À l’intérieur de chacun de nous, il y a un silence. Un silence aussi vaste que l’univers. Et quand nous faisons l’expérience du silence, nous nous souvenons de qui nous sommes…» Gunilla Norris

L’étape suivante était les larmes. Je laissais libre cours aux larmes tel qu’un torrent qui emporte tout dans son passage. Comme si ces larmes allaient emporter la douleur loin de moi. Elles allaient purifier mon âme de tout ce qui l’encombre. Elles allaient calmer mon tourbillon. Je pleurais jusqu’à épuisement, jusqu’à ce que je retrouve cette sérénité temporaire.

Et là, je passais à la dernière étape, dormir. Ce mécanisme de « défense » extrayait toute mon énergie, me vidait de tout et dormir était nécessaire pour la récupération physique et émotionnelle.

Dans mon cheminement personnel, j’essaie de déconstruire cette barrière en évitant d’arriver au point où j’ai besoin de me cacher derrière elle. J’évite d’accumuler ce qui peut devenir des frustrations en moi en les extériorisant rapido presto.

J’amène le sujet sur la table, j’en discute avec la personne concernée et je me permets d’exprimer mon mécontentement vis à vis la situation (car avant je ne me donnais pas cette permission!).

Malgré mes compétences en communication, s’exprimer, discuter, échanger est un travail de tous les jours. Il y a toujours place à l’amélioration et je vois déjà les résultats. Je me réfugie de moins en moins dans le silence et je suis fière de ce que j’ai atteint jusqu’à ce moment. Je ne peux plus faire marche arrière.

Je ne veux plus me taire après  avoir retrouvé ma voix!

Je suis capable de détecter en une fraction de seconde l’énergie d’une personne aussitôt qu’elle entre là où je me trouve. Ce qui fait en sorte que mon système réagit vite à cette énergie détectée et je me prépare émotionnellement à interagir « positivement » au lieu de prendre du recul et me cacher au fond de moi.

« Ce que nous ne pouvons pas exprimer gouverne notre vie. »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s